DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Otan va se renforcer à l'est

L’inquiétude voire la peur de la Russie s’empare des Pays Baltes. Ici dans cette forêt de la Lithuanie, des paramilitaires volontaires de l’Union de

Vous lisez:

L'Otan va se renforcer à l'est

Taille du texte Aa Aa

L’inquiétude voire la peur de la Russie s’empare des Pays Baltes. Ici dans cette forêt de la Lithuanie, des paramilitaires volontaires de l’Union de Fusiliers s’entraînent. Ses membres ont beaucoup augmenté depuis quelques temps.

“L’agression russe contre l’Ukraine a eu un impact sur l’Union. L’année dernière, nous avons accepté environ un millier de nouveaux venus dans notre organisation et aujourd’hui, nous comptons plus de 8 000 membres.” dit ici le lieutenant colonel Liudas Gumbinas.

L’annexion de la Crimée par la Russie au printemps 2014 a laissé l’Europe stupéfaite. Après la Géorgie en 2008, l’OTAN assistait à une nouvelle atteinte aux frontières par Moscou. Depuis, l’Alliance Atlantique n’a pu que constater qu’une guerre avait bel et bien lieu aux portes de sa frontière orientale.

Le Secrétaire général de l’OTAN a encore accusé hier la Russie de violer la loi internationale.

“En Ukraine, la violence empire, et la crise s’agrave. La Russie continue d’enfreindre les lois internationales et de soutenir les séparatistes, avec des armements de pointe, des entraînements et des hommes”, a dit Jens Stoltenberg.

Hier, les ministres de la Défense de l’OTAN ont approuvé un plan de renforcement de son flanc oriental.

La Force de Réaction Rapide composée de 13 000 hommes sera portée à 30 000, dont une force “fer de lance” de 5 000 soldats, avec soutien aérien,naval et des forces spéciales, opérationnelle en 48 heures.

Il s’agit du plus important renforcement de la défense collective des Alliés depuis la fin de la Guerre froide, toujours à caractère défensif.

Six unités de commandement, avec une cinquantaine d’hommes et du matériel “prépositionné” sur place, seront établies immédiatement dans six pays de l’Est, dont les trois Républiques Baltes, la Pologne, la Roumanie et la Bulgarie.

Elles serviront à faciliter le déploiement en une semaine de la Force d’Intervention Rapide en cas de crise. Celle-ci pourra également intervenir sur d’autres terrains, notamment pour faire face aux menaces créées par l’instabilité en Afrique du Nord et au Proche-Orient.