DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gravity : la folle remontée de Marcel Hirscher


gravity

Gravity : la folle remontée de Marcel Hirscher

Bienvenue dans Gravity, notre magazine hebdomadaire consacré au ski alpin.

Les championnats du monde battent leur plein en ce moment dans le Colorado avec ce dimanche le super-combiné.

Marcel Hirscher n’a signé que le trentième temps de la descente, mais il s’est montré le plus rapide lors de la manche de slalom.

L’Autrichien a repris plus de trois secondes au Norvégien Kjetil Jansrud pour le devancer finalement de 19 centièmes !

A domicile, l’Américain Ted Ligety, qui était le tenant du titre, a complété le podium.

Le Français Alexis Pinturault, qui nourrissait de légitimes ambitions, a terminé en cinquième position.

Lors de la descente, le Tchèque Ondrej Bank a lourdement chuté juste avant la banderole d’arrivée, mais les examens passés à l’hôpital n’ont révélé aucune fracture.

King Küng

Patrick Küng est devenu champion du monde de descente alors qu’il n‘était même pas sûr de pouvoir prendre le départ en arrivant à Beaver Creek.

Il n’a obtenu sa place dans l‘équipe suisse qu‘à l’issue des entraînements et a déjoué tous les pronostics en décrochant son premier grand titre à 31 ans.

Il avait certes gagné la descente de Wengen l’an passé et le super-G disputé sur cette même piste de la Birds of Prey fin 2013.

Mais il ne faisait pas partie des favoris, au contraire de Matthias Mayer, Hannes Reichelt ou Kjetil Jansrud, finalement douzième, treizième et quinzième.

Patrick Küng a franchi la ligne avec 24 centièmes d’avance sur l’Américain Travis Ganong et 31 centièmes sur son compatriote Beat Feuz.

Fin de carrière pour Bode Miller ?

Bode Miller a lui été victime d’une chute spectaculaire lors du super-G remporté par Hannes Reichelt.

Sévèrement touché à la jambe droite, le vétéran américain disputait à Beaver Creek sa première course de la saison et, peut-être, la dernière de sa carrière.

Ce serait une triste fin pour un skieur génial qui mérite bien sa place dans notre rubrique “skiing past”.

Dominateur de A à Z

Nous sommes le 24 octobre 2004 et Bode Miller remporte le géant d’ouverture sur les hauteurs de Sölden.

Il se retrouve leader de la Coupe du monde et confirme dans la foulée en gagnant la descente et le super-G de Lake Louise.

Sa première place au classement général, il va la garder tout l’hiver.

Une prouesse seulement réussie avant lui par Karl Schranz et Ingemar Stenmark.

Le “Kid de Franconia” mettra la main sur un autre globe de cristal en 2008.

Mais il fera surtout parler de lui pour ses déclarations fracassantes sur l’alcool et le dopage ou pour son mode de vie atypique avec ses déplacements en camping-car.

Match nul entre Fenninger et Maze

Après le super-G et la descente, l’Autrichienne Anna Fenninger et la Slovène Tina Maze ont le même bilan avec une médaille d’or et une médaille d’argent.

Franck Piccard, qui est monté quatre fois sur le podium lors des Jeux olympiques ou des championnats du monde, nous révèle le secret pour être performant le Jour J.

Franck Piccard : “En fait, ça se prépare comme une course de tous les jours, mais il ne faut pas que ce soit une course de tous les jours. C’est ça la principale difficulté. C’est-à-dire que la piste est strictement la même, c’est comme si on faisait une Coupe du monde, mais on doit y mettre un supplément d‘âme, un supplément d’intensité, un supplément de présence pour que ce jour-là, on ait vraiment la sensation de faire la course du siècle. Et en général, c’est ce qui se produit pour réussir un grand évènement. Cela se prépare comme n’importe quelle course, mais cela se vit comme une grande course.”

Les Mondiaux de freeride

On se donne rendez-vous dimanche prochain pour un nouveau numéro de Gravity et avant cela, on s’intéresse aux championnats du monde de freeride.

Les épreuves réservées aux juniors, qui ont eu lieu ce dimanche dans la Principauté d’Andorre, ont vu les victoires de l’Américaine Jacqueline Pollard et du Français Arthur Raskin.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

gravity

Gravity : qui va briller lors des Mondiaux ?