DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Mains en l'air, ne tirez pas" aux Grammy Awards


monde

"Mains en l'air, ne tirez pas" aux Grammy Awards

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Qu’ils soient engagés ou pas, les artistes utilisent souvent les rendez-vous ultra-médiatisés pour s’exprimer ou faire leur promotion.
La 57e cérémonie des Grammy Awards, les prix les plus prestigieux de la musique américaine, s’est transformé en tribune dimanche soir à Los Angeles.

Un tribune contre les violences raciales

Sur la scène du Staples Center, c’est Pharrell Williams qui donne le ton en prenant position contre les violences raciales. Entouré de danseurs en sweat à capuche, l’auteur, compositeur et interprète chante son tube planétaire “Happy”. La capuche, symbole des jeunes Noirs victimes de violences, notamment policières, comme celle que portait Trayvon Martin, un Noir sans armes tué en 2012. Un drame qui avait ému l’Amérique.

Dans leur chorégraphie, ses danseurs lèvent les bras en l’air : une référence au cri de ralliement “Hands up, don’t shoot” (mains en l’air ne tirez pas) des manifestations du mouvement “Black lives matter” (Les vies des Noirs comptent). Ces manifestations se sont tenues partout aux Etats-Unis pour protester contre la mort en 2014 d’Eric Garner et Michael Brown à Ferguson, deux Noirs sans armes tués par des policiers blancs. Ce même geste est repris plus tard par les danseurs de Beyoncé.

En fin de cérémonie, devant les photos du film “Selma” et de son personnage principal Martin Luther King, John Legend manifeste lui aussi sa solidarité avec ce mouvement, en interprétant “Glory”, la chanson qu’il a lui-même composée pour ce film. “Selma” évoque les marches en faveur des droits civiques des Noirs.



Enfin la petite phrase de Prince, en remettant le prix du meilleur album: “Les albums comptent encore, comme les livres et les vies des Noirs”.

Barack Obama contre le viol et les violences conjugales

Le président américain n‘était pas présent mais a profité de l’immense exposition du show pour s’exprimer. Barack Obama a lancé par vidéo un vibrant plaidoyer pour appeler à lutter contre les violences faites aux femmes. “Près d’une femme sur cinq aux Etats-Unis a été victime de viol ou de tentative de viol et plus d’une sur quatre a été victime de violences conjugales”, a indiqué le président.
“Cela doit s’arrêter. Les artistes ont le pouvoir unique de changer les esprits et les attitudes, de nous faire réfléchir et parler de ce qui compte”, a ajouté le président avant d’appeler à aller sur le site itsonus.org pour que chacun y promette de “créer une culture où la violence ne peut être tolérée”.


L’intervention de Barack Obama

Une victime de viol, Brooke Axtell, a ensuite témoigné des violences dont elle a fait l’objet avant de laisser la scène à Katy Perry pour la chanson aux paroles sombres “By the grace of God”.

Nouveau coup de gueule de Kanye West

Kanye West joue une nouvelle fois les fortes têtes. Le rappeur s’est invité sur scène quand le chanteur folk Beck est venu chercher son Grammy du meilleur album pour “Morning phase”.

Kanye West s’est approché du micro puis est reparti s’asseoir dans le public. Beck l’a emporté face à Pharrell Williams, Ed Sheeran, Sam Smith et Beyoncé. Inconcevable pour le rappeur qui a lâché plus tard dans la soirée au micro de E! : “Beck doit donner son Grammy à Beyoncé”.

Une critique qui rappelle sa sortie lors des MTV Awards de 2009. Alors que la chanteuse Taylor Swift venait de recevoir le trophée du meilleur clip pour une artiste féminine, Kanye West était monté sur scène et avait poussé un gros coup de gueule en affirmant que cette récompense revenait à Beyoncé.

Madonna plante ses banderilles aux Grammy

Madonna n’a rien gagné lors de cette cérémonie, elle est venue faire la promotion de son nouveau titre “Living for love”.

Au programme, une chorégraphie rythmée en body carmin et noir brodé, entourée d’une armée de danseurs évoquant des démons ou des minotaures, mi-hommes mi-taureaux.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

France : 7 Kalachnikovs retrouvés à Marseille après des tirs contre la police