DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : Obama n'exclut pas de livrer des armes, Merkel s'y refuse toujours


Ukraine

Ukraine : Obama n'exclut pas de livrer des armes, Merkel s'y refuse toujours

Le président américain a reçu hier la chancelière allemande pour faire le point sur le plan de paix européen avant la réunion diplomatique de “la dernière chance” prévue demain à Minsk entre les présidents russe Vladimir Poutine, ukrainien Petro Porochenko, français François Hollande et Angela Merkel.

“Ce que j’ai demandé à mon équipe, c’est que si la diplomatie échoue, elle doit regarder toutes les options, les autres moyens que nous pouvons mettre en place pour changer les calculs de Poutine.
La possibilité de livrer des armes létales défensives est l’une des options à l‘étude, mais je n’ai pas encore pris de décision”, explique Barack Obama.

Le chef de la Maison Blanche a rappelé que c‘était l’efficacité des éventuelles mesures qui devaient faire la différence.

Angela Merkel, a répété qu’elle ne croyait pas à une solution militaire à la crise, tout en reconnaissant la difficulté de parvenir à une solution diplomatique avec Moscou. La chancelière a toutefois rappelé la force de l’Alliance entre les Etats-Unis et l’Europe quel que soit l‘évolution du conflit ukrainien”.

Le Congrès américain a adopté en décembre dernier et à l’unanimité, un texte qui autorise les livraisons d’armes en Ukraine. Barack Obama l’a promulgué, mais sa mise en œuvre ne dépend que de lui.

“Obama et Merkel affichent une unité spectaculaire même s’il peut y avoir des différences tactiques entre eux. Comme l’a dit la chancelière, les deux veulent que la Russie se conforme aux règles internationales, mais comment encourager Poutine à le faire, c’est une question à plusieurs millions de dollars”, selon notre correspondant à Washington, Stefan Grobe.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Tunisie : tensions dans les régions frontalières avec la Libye