DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gros plan sur l'éducation interculturelle


learning world

Gros plan sur l'éducation interculturelle

En partenariat avec

Comment l‘éducation interculturelle peut-elle aider à aplanir les différences, afin de rapprocher les peuples. C’est à découvrir dans cette édition de Learning World.

Autriche : popote solidaire

On dit souvent de la gastronomie qu’elle est le reflet de l’histoire et de la culture d’une région. Pour autant, des cours de cuisine peuvent-ils réussir à rassembler des gens aux parcours diamétralement opposés ?

L’association autrichienne, KAMA, veut y coire.

Créée en 2006, elle entend faire changer le regard que porte la société autrichienne sur les demandeurs d’asile et les migrants en général, en favorisant le dialogue interculturel à l’occasion, par exemple, de cours de cuisine.
Aux fourneaux, on retrouve un cordon-bleu pas comme les autres : Mona est Syrienne et demandeuse d’asile.

Turquie : étudiants américains cherchent familles d’accueil

Les voyages forment la jeunesse et ce n’est pas Regan McAllister qui vous dira le contraire.

Cette jeune Américaine participe à un programme d‘échanges baptisé ‘Initiative linguistique du conseil national pour la jeunesse’ ou NSLI-Y. Ce programme géré par le Département d‘État américain.

Depuis sa création en 2009, 130 jeunes Américains sont partis étudier en Turquie. D’autres, quant à eux, ont opté pour l’apprentissage de l’Arabe, du Russe, du Farsi, du Mandarin ou encore du Coréen ou de l’Hindi.

Guatemala : le cinéma au service du multiculturalisme

Au Guatemala comme au Mexique, moins de 10 % des enfants indigènes vont à l‘école jusqu‘à la fin du primaire.

Les raisons de cet abandon scolaire précoce sont multiples : des enfants plus ou moins obligés de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille, des parents insuffisamment impliqués dans la scolarité de leurs enfants, sans oublier la discrimination.

L’association, Puerta Joven, milite pour une société véritablement multicuturelle et s’implique au quotidien dans les écoles.

En ce moment, elle soutient ‘Lenguas Jóvenes’. Cette initiative propose à des jeunes issus des communautés indigènes et non indigènes de travailler ensemble à la réalisation de courts métrages qui racontent leur vision commune du vivre ensemble et de la citoyenneté.

Dans les établissements participants, on a pu observer un recul de 67% du taux d’abandon scolaire. La violence aurait, elle aussi, diminué de façon significative.

Et vous, avez-vous déjà participé à un projet interculturel ? Et si oui, qu’en avez-vous retiré ? N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences.

Le choix de la rédaction

Prochain article

learning world

Faire découvrir le monde de la musique aux jeunes sourds et malentendants