DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La croissance de la zone euro tirée vers le haut par l'économie allemande


économie

La croissance de la zone euro tirée vers le haut par l'économie allemande

La croissance économique dans la zone euro a enregistré fin 2014 une accélération inattendue. Le produit intérieur brut de la zone a progressé de 0,3% sur la période octobre-décembre par rapport aux trois mois précédents.

Cette accélération inattendue, l’activité économique de la zone euro la doit surtout à la bonne santé retrouvée de l’Allemagne.

“En Allemagne, nous avons eu une croissance solide au quatrième trimestre, reconnaît notre analyste à Francfort Robert Halver, et les choses vont même aller mieux encore parce qu’on a trois facteurs qui travaillent pour nous : un euro faible, des prix de matières premières favorables et une économie mondiale qui fait mieux que prévu. Tout ça va beaucoup aider l’industrie exportatrice de l’Allemagne”.

La première économie de la région, l’Allemagne, dépasse d’une bonne tête le reste de la classe avec une croissance trimestrielle de 0,7%, Alors que la France et l’Italie : 2ème et 3ème économie de la région, sont à la peine.

En 2014, la croissance de l’activité économique en Allemagne atteint 1,6% et 1,4% en Espagne.
Sacré contraste avec l‘économie française qui affiche 0,1% de croissance trimestrielle au 4ème trimestre alors qu’elle était de 0,3% au troisième. Moyenne annuelle : 0,4%.

La situation est plus difficile encore en Italie, où le PIB a stagné au quatrième trimestre et reculé de 0,3% en rythme annuel. Octobre-décembre marque ainsi le 14ème trimestre consécutif sans croissance pour l‘économie italienne.

On notera enfin que la croissance de l‘économie grecque a été négative – moins 0,2% – en rythme trimestriel et positive de 1,7% sur l’ensemble de l’année.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

ArcelorMittal impacté par la baisse des cours du minerai de fer