DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlinale : l'Ours d'or pour "Taxi", de l'Iranien Panahi, un signal politique

A la Berlinale, l'Ours d'or récompense le réalisateur dissident iranien Jafar Panahi, pour son film "Taxi". Le cinéaste est interdit de voyager à l'étranger.

Vous lisez:

Berlinale : l'Ours d'or pour "Taxi", de l'Iranien Panahi, un signal politique

Taille du texte Aa Aa

L’Ours d’or, à “Taxi” de l’Iranien Jafar Panahi, le film du réalisateur dissident est couronné au festival du film de Berlin. Jafar Panahi n‘était pas là pour recevoir son prix, il est interdit de voyager à l‘étranger. Son film, il l’a une fois encore tourné clandestinement.

Point of view

Jafar Panahi a écrit une lettre d'amour au cinéma

A travers les passagers de son taxi, Jafar Panahi saisit avec amour et humour l‘âme des Iraniens.

“Plutôt que de laisser détruire son esprit et d’abandonner, plutôt que de se laisser envahir par la colère et la frustration, Jafar Panahi a écrit une lettre d’amour au cinéma”, a déclaré le président du jury, le réalisateur américain Darren Aronofsky, estimant que son film était “rempli de l’amour qu’il porte à son art, à sa communauté, à son pays et à son public”.

Le jury a aussi récompensé le cinéma d’Europe de l’Est. Deux Ours d’argent du meilleur réalisateur : le premier à Malgorzata Szumowska pour “Body”, l’histoire d’un médecin légiste et de sa fille anorexique :
“Je suis complètement choqué mais dans le bon sens, dit Malgorzata Szumowska, c’est rare pour le cinéma polonais d’avoir un prix à la Berlinale.”

Le deuxième Ours d’argent va au Roumain Radu Jude pour “Aferim”, un road movie historique en noir et blanc dans l’Europe de l’Est de 1835.

“La Berlinale a lancé un signal politique, explique Wolfgang Spindler notre envoyé spécial à Berlin. Avec un Ours d’or pour l’Iranien Panahi, le jury international a montré sa solidarité avec un réalisateur qui se bat dans son propre pays contre la censure, contre l’interdiction de travailler et de voyager.”