DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des Hongrois manifestent à Budapest avant la visite de Vladimir Poutine

“Non à Poutine et oui à l’Europe”, c’est derrière cette banderole que 2.000 personnes ont défilé hier soir dans les rues de la capitale hongroise

Vous lisez:

Des Hongrois manifestent à Budapest avant la visite de Vladimir Poutine

Taille du texte Aa Aa

“Non à Poutine et oui à l’Europe”, c’est derrière cette banderole que 2.000 personnes ont défilé hier soir dans les rues de la capitale hongroise pour protester contre la venue du chef du Kremlin. Le président russe vient notamment négocier un contrat gazier avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Un renforcement des liens qui n’est du pas du goût de tous et qui inquiètent les partisans d’une vraie démocratie :

“Il n’y a pas de contre-pouvoirs dans les deux pays. Ici, on essaye de s’y opposer. En Russie, il n’y a rien. Où est l’opposition en Russie ? Quel type d’opposition y-a-t-il ? Y-a-t-il des élections libres et équitables ? En Hongrie, on a des élections, mais on est de plus en plus loin de l‘égalité”, explique ce jeune homme.

“Je suis jeune et je voudrais rester en Hongrie, car la Hongrie, c’est chez moi. Et je ne veux pas qu’il arrive de mauvaises choses. Si la situation venait à se déteriorer davantage alors je devrais m’en aller, mais je ne veux pas partir”, précise cette jeune fille.

C’est le premier voyage de Vladimir Poutine dans un pays de l’Union européenne depuis octobre 2014, sur fond de difficile mise en place d’un cessez-le-feu en Ukraine.

Les relations russo-hongroises n’ont jamais été sans nuages en raison de l’histoire. Il y a quelques années, par exemple, pendant le conflit russo-géorgien, l’actuel ministre hongrois des Affaires étrangères avaient même manifesté avec une banderole : “les Russes doivent rentrer chez eux”. Depuis, il semble qu’il y est eu un changement significatif dans la position du gouvernement actuel”, explique notre correspondant à Budapest, Attila Magyar.