DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hongrie : Poutine visite mardi son allié au sein de l'Union européenne


Hongrie

Hongrie : Poutine visite mardi son allié au sein de l'Union européenne

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Vladimir Poutine est attendu ce mardi à Budapest. Officiellement, le président russe vient parler contrats gaziers avec le Premier ministre Orban, mais surtout le Kremlin veut renforcer son influence en Hongrie, qu’il considère comme son allié.
L’année dernière Moscou avait déjà signé des accords pour aider Budapest à construire deux nouveaux réacteurs nucléaires.

“L’occident ne peut pas absorber notre industrie et nos produits. Nous sommes obligés de nous ouvrir vers une autre direction, d’où cette politique d’ouverture vers l’Est. L’Est ce qui veut aussi dire la Russie”, explique cet habitant de Budapest.

“Nous devrions nous ouvrir vers l’ouest et non vers l’est. Je pense que cela n’a pas un impact positif sur la Hongrie, quand Vladimir Poutine vient ici et que nous nous ouvrons à l’Est. Le futur est à l’ouest”, assure une jeune femme.

Selon cet analyste politique, en venant à Budapest deux semaines après Angela Merkel, le président Russe entend démontrer qu’il n’est pas aussi isolé sur la scène internationale que certains veulent le penser.

Péter Krekó, analyste politique :
“Pour Vladimir Poutine, le plus important est d’envoyer le message qu‘être ami avec la Russie peut être payant. Il espère aussi que la Hongrie sera le pays qui brisera l’unité de l’Union européenne.”

Attila Magyar, euronews, Budapest :
“Vladimir Poutine et Viktor Orban attendent des choses différentes de cette visite à Budapest. Le Premier ministre hongrois entend rappeler que la Russie est l’amie de la Hongrie. Pour Vladimir Poutine, il s’agit de montrer qu’il a un allié au sein de l’Union européenne.”

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Russie dénonce des sanctions de l'UE "contraires au bon sens"