DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce-zone euro : la course contre la montre


économie

Grèce-zone euro : la course contre la montre

Les européens sont engagés dans une course contre la montre pour faire plier la Grèce et éviter à terme une sortie du pays de l’euro.
En moins d’une semaine, les négociations entre Athènes et la zone euro ont tourné court à deux reprises. L’enjeu était à chaque fois de trouver comment la Grèce va se financer à court terme, alors que son programme d’aide prend fin le 28 février. L’Europe a donné lundi quatre jours jusqu‘à vendredi à la Grèce pour qu’elle demande une extension du programe en cours.

“je ne suis pas d’accord pour dire qu’il s’agit d’un ultimatum, explique Nick Kafkas de Merit Securities. Un ultimatum a un autre sens : c’est que vous avez quatre jours sinon il se passera quelque chose.
Mais là, il n’y a pas de sinon…. et surement qu’il ne s’agit pas de deux jours supplémentaires. Donc je pense qu’il y a encore cinq à dix jours pour arriver à un accord”.

Athènes l’a déjà dit : “nous n’accepterons pas d’ultimatum” Mais sans soutien de ses créanciers, Athènes risque de se retrouver à cours d’argent et ne pourra plus bénéficier des prêts d’urgence de la BCE pour ses banques.
La seule solution pour le gouvernement Tsipras c’est de demander une extension du programme d’aide que les européens jugent indispensable.

“Le marché voit ces discussions comme une grande partie de poker des deux côtés, et pense qu’il y aura négociations jusqu’au dernier jour, affirme Robert Halver, notre analyste de Baader Bank à Francfort. Je pense que la Grèce va rester dans la zone euro, mais si les choses restent en l‘état jusqu‘à la mi-mars, il faudra préparer le Grexit, la sortie de la Grèce de l’euro. La zone euro doit être capable de gérer ça mais ce n’est pas souhaitable”.

Les marchés financiers sont évidemment secoués par cette éventualité du Grexit et sont mardi en mode morose et attentiste. La bourse d’Athènes affichait elle un recul prononcé mardi.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Grande Bretagne : ralentissement de la hausse des prix