DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des techniques d'illusion pour lutter contre le racisme


science

Des techniques d'illusion pour lutter contre le racisme

En partenariat avec

Imaginez un instant qu’il existe un remède pour éradiquer le racisme et permettre ainsi que nous vivions tous en harmonie, sans préjugés. On en est encore loin, mais des chercheurs de la Royal Holloway University de Londres et de l’Université de Barcelone ont peut-être une piste.

Leurs travaux, publiés dans la revue Trends in Cognitive Sciences montrent que des techniques d’illusion permettent facilement de tromper la perception que l’on a de soi-même, qu’il s’agisse du genre, de l‘âge ou, de la couleur de peau. Mais surtout, les personnes soumises à l’illusion semblent ensuite plus tolérantes envers la différence qu’elles ont expérimentée.

Explications de Manos Tsakiris, professeur de psychologie à la Royal Holloway University de Londres : “nous voulons connaître la réaction des gens quand ils voient un corps d’une couleur différente de la leur. C’est une manière efficace pour nous de mesurer leur partialité raciale implicite. On peut donc mesurer leurs préjugés ou absence de préjugés, envers les personnes noires par exemple. Ensuite, on crée l’illusion que leur corps est différent, par exemple qu’il a une couleur différente, jusqu‘à ce qu’ils commencent à le croire et puis à la fin, on mesure à nouveau leur partialité raciale implicite pour voir si cela a changé.”

En stimulant simultanément la main d’une personne et une main factice d’une autre couleur de peau, le cerveau de la personne assimile cette main factice à une véritable partie de son corps. Les tests menés après ce changement virtuel de corps montrent une diminution du niveau de partialité mesuré auparavant.

Résultat qui ouvre des perspectives selon le professeur Tsakiris : “une réelle opportunité existe, dit-il, parce qu’avec le développement de la technologie de réalité virtuelle et la baisse de son coût, ce qui est bien, c’est qu’on peut très facilement adapter notre approche à des fins éducatives.”

Ces travaux semblent prometteurs, même si beaucoup de questions restent en suspens. On ne sait par exemple pas encore combien de temps dure cet effet tolérance.

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

La recherche au coeur du cerveau des enfants