DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : les députés sauvent le gouvernement et adoptent la loi Macron

Le Premier ministre français respire. Il vient d‘échapper à une motion de censure déposée par l’opposition. Le texte n’a rassemblé que 234 voix alors

Vous lisez:

France : les députés sauvent le gouvernement et adoptent la loi Macron

Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre français respire. Il vient d‘échapper à une motion de censure déposée par l’opposition. Le texte n’a rassemblé que 234 voix alors qu’il en fallait au moins 289 pour renverser le gouvernement.

Manuel Valls avait engagé mardi la responsabilité de son équipe, en ayant recours à l’article 49-3 de la constitution pour faire adopter le projet de loi pour la croissance, l’activité et l‘égalité des chances économiques, plus connu sous le nom “loi Macron”, du nom du ministre de l‘Économie, Emmanuel Macron, auteur du texte.
L’opposition avait alors répliqué en déposant une motion de censure. Celle-ci ayant été rejetée ce jeudi, le projet de loi Macron se trouve adopté.

“Nous continuerons à réformer, avec tous les moyens que donne la constitution, sans relâche, sans faiblir, a assuré Manuel Valls. Nous continuerons à avancer pour la France et pour les Français.”

Reste que cet épisode aura accentué les divisions au sein de la majorité. L’UMP, à l’origine de cette motion de censure, n’a d’ailleurs pas manqué de le souligner, Nicolas Sarkozy insistant sur la fragilité, à ses yeux, de l’exécutif. “Si on utilise l’arme nucléaire du ’49-3’ pour la toute petite loi Macron, comment va-t-il (François Hollande) faire passer les grands projets de réformes pour la France ? La totalité des observateurs sont unanimes sur ce point : ce ’49-3’ est une preuve de la faiblesse du président de la République.”

La loi Macron vise à dynamiser l’activité en France”:http://fr.euronews.com/2015/02/17/la-loi-macron-principaux-points/. Un des points les plus polémiques de cette loi, c’est la possibilité pour certains commerces d’ouvrir le dimanche.

Le texte doit encore être examiné par le Sénat en avril.