DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : entre espoirs de paix et escalade militaire

L’Ukraine à la croisée des chemins, c’est le thème de cette édition de The Network. En dépit des tentatives répétées pour arracher un accord de paix

Vous lisez:

Ukraine : entre espoirs de paix et escalade militaire

Taille du texte Aa Aa

L’Ukraine à la croisée des chemins, c’est le thème de cette édition de The Network.

Point of view

L'influence de la Russie sur les séparatistes est la même que celle qu'exerce Washington sur Kiev, selon Sergueï Markov

En dépit des tentatives répétées pour arracher un accord de paix, les combats dans l’Est de l’Ukraine n’en finissent pas de semer la terreur et la dévastation. Le conflit a déjà fait un million de déplacés. Dans ces conditions, comment la population peut-elle se reconstruire ?

Le nouvel accord de cessez-le-feu négocié par les Européens, les Ukrainiens et les Russes restera-t-il, lui aussi, lettre morte ?

Et, que penser de l’appel lancé par certains pays occidentaux à fournir des armes à l’Ukraine pour l’aider à repousser les séparatistes pro-russes ? Cela ne risque-t-il pas de transformer l’actuel conflit en une guerre par procuration encore plus sanglante ?

Chris Burns en débat avec ses trois invités :

Hans Van Baalen
Cet eurodéputé néerlandais membre du groupe ‘Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe’ siège à la commission ‘Affaires étrangères’ du Parlement européen. Pour lui, toutes les options de rétorsion – économique, et même miliaire – restent ouvertes dans la mesure où l’accord de cessez-le-feu ne tiendrait pas toutes ses promesses.

Dmytro Kuleba
Il est l’ambassadeur extraordinaire d’Ukraine pour les Communications stratégiques et veut croire que la Russie respectera ses engagements. Pour cela, il table sur le soutien indéfectible des Occidentaux envers son pays.

Et Sergueï Markov
Cet ex-député de parti du Président Vladimir Poutine ‘Russie Unie’ est co-président du Conseil national stratégique russe. Il appelle les ‘criminels de guerre de Kiev’ à cesser les hostilités contre les civils dans la région du Donbass. Selon lui, la paix ne se fera qu’au prix d’une forte dose de fédéralisme voire de l’indépendance de la région.