DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Birdman", grand vainqueur des Oscars


Insight

"Birdman", grand vainqueur des Oscars

La comédie noire “Birdman”, d’Alejandro Inarritu a décroché l’Oscar du meilleur film dimanche, et a dominé la 87ème soirée des Oscars.

Le réalisateur mexicain, qui venait aussi de recevoir la statuette du meilleur réalisateur, a tenu à rendre hommage à ses compatriotes:

“Je veux dédier cette récompense à mes compatriotes mexicains, ceux qui vivent au Mexique. Je prie pour que nous puissions avoir le gouvernement que nous méritons.”

Parti avec 9 nominations, son film en a remporté quatre dont trois majeures. Le destin d’un acteur sur le déclin désirant renouer avec sa gloire perdue s’est adjugé les trophées du meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario original, et meilleure photographie.

Sans surprise, Julianne Moore a été sacrée meilleure actrice pour son interprétation d’une malade d’Alzheimer dans “Still Alice”. Il aura fallu plus de 60 films et cinq nominations pour qu’elle reçoive la plus prestigieuse récompense du cinéma américain.

“J’ai lu un article qui disait que gagner un Oscar pouvait rallonger une vie de cinq ans, a t-elle plaisanté. J’aimerais donc remercier l’Académie, car mon mari est plus jeune que moi”.

A 54 ans, elle est l’une des rares à avoir gagné le “grand Chelem” du cinéma, les prix des trois plus grands festivals : Cannes, Berlin, Venise. Le rôle difficile d’une femme de 50 ans qui devient impotente dans Still Alice lui a aussi valu un Golden Globe, et un SAG Awards, prélude à l’Oscar.

Couronné meilleur acteur, le britannique Eddie Redmayne a été primé pour son interprétation puissante du cosmologue Stephen Hawking, dans “Une merveilleuse histoire du temps”.

“Cet Oscar revient à tous ces personnes qui, de par le monde, combattent la maladie de Charcot. Il revient à une famille exceptionnelle, Stephen, Jane, Johnathan, et tous les Hawking” a dit, très ému, le comédien.

Eddie Redmayne s’est préparé pendant sept mois pour endosser le rôle du génial scientifique britannique. Il avait rencontré l’auteur d’“Une brève histoire du temps” quelques jours seulement avant le début du tournage.

Patricia Arquette a reçu l’Oscar du meilleur second rôle pour son interprétation de mère-courage dans “Boyhood”. La seule statuette pour le film de Richard Linklater, pourtant parti favori avec six nominations.

C’est lui qui a reçu le premier prix de la cérémonie : meilleur second rôle pour J.K. Simmons, et son incarnation haletante d’un professeur de musique tyrannique dans “Whiplash”. A 60 ans, l’acteur américain n’avait jamais été nominé, mais ce n’est pas sa première récompense pour ce rôle. Il a déjà reçu un Golden Globe et un Bafta.

The “Grand Budapest Hotel”, le film loufoque et coloré de Wes Anderson repart avec quatre statuettes : meilleure direction artitistique, meilleure bande originale, meilleurs maquillages et coiffures, et meilleurs costumes.

Et c’est “Ida”, le film en noir et blanc du polonais Pawel Pawlikowski, sur une nonne d’origine juive qui part à la recherche de son passé, qui est sacré meilleur film étranger.

Lise Pedersen, euronews :
Bonjour Brandy, vous étiez présent au Dolby Theater, vous avez côtoyé la crème de Hollywood. Quels ont été les moments marquants de la soirée?

Brandy Hitt, ABC News, Los Angeles, USA :
Lise, pour moi, c’est vraiment le meilleur film et meilleur réalisateur à “Birdman”, qui a pris beaucoup de gens par surprise. Tout au long de la saison des prix, beaucoup de gens – des critiques – disaient que cela se jouerait probablement entre “Boyhood” et “Birdman” pour le meilleur réalisateur et le meilleur film. “Boyhood” a remporté de nombreux prix au début de la saison des prix, et puis “Birdman” a fait sa percée vers la fin, et “Birdman” a fait le plein de prix ce soir.

Lise Pedersen, euronews :
Donc, quatre victoires pour “Birdman” et aussi pour “Grand Budapest”, mais qu’en est-il du “Boyhood” de Richard Linklater, qui n’a eu que l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour Patricia Arquette. Est-ce une déception?

Brandy Hitt, ABC News, Los Angeles, USA :
Ca l’a été pour les fans des créateurs de “Boyhood”. Il a fallu douze ans pour faire ce film et il a réellement étonné Hollywood. Tous ces prix qu’il a remportés durant la saison… Beaucoup de gens pensaient que ces 12 années de réalisation, ces acteurs que l’on voit grandir et vieillir à l‘écran allaient lui valoir la reconnaissance. Et il a été nommé. Il a remporté plusieurs prix au cours de la saison. Et puis, à la fin, les gens ont vraiment aimé “Birdman”. Ils aimaient le réalisateur, et comment… Si vous déjà vu le film, comment il semble sans couture, c’est un film en plan continu. “Boyhood” a eu l’Oscar du second rôle féminin pour Patricia Arquette, et puis Ethan Hawke a été nommé, mais finalement, il n’a pas su faire la différence, et l’Académie a choisi “Birdman”.

Lise Pedersen, euronews :
Parlons d’“American Sniper”, le film de Clint Eastwood, une seule victoire. Un film qui a été en tête du box-office. Comment expliquer l‘écart entre le public et le choix des Oscars?

Brandy Hitt, ABC News, Los Angeles, USA :
“American Sniper” a fait à lui seul la moitié du box office, et les sept autres films le reste. C’est vraiment choquant. Beaucoup pensaient qu’“American Sniper” pouvait remporter l’Oscar du meilleur film vu son énorme succès en salles, mais cela n’a pas été le cas. Le seul aspect intéressant, c’est l‘énorme crédit de Clint Eastwood. Bradley Cooper, que nous avons vu il n’y a pas longtemps passer le tapis rouge et quitter la cérémonie des Oscars, a reçu beaucoup de louanges pour son rôle, un rôle phénoménal pour un acteur principal, mais il n’est pas reparti les mains pleines.

Lise Pedersen, euronews :
Alors, un second Oscar du meilleur réalisateur pour un cinéaste mexicain, un signe du meilleur à venir pour le cinéma mexicain peut-être?

Brandy Hitt, ABC News, Los Angeles, USA :
Il a bluffé une foule de gens, et quand on l’a vu gagner le prix du meilleur réalisateur, ça a été super de voir la réaction du public. Beaucoup de gens étaient persuadés qu’il allait gagner à cause du concept dont je vous ai parlé, ces plans continus de “Birdman”. Certaines prises sont des plans-séquence de 15 minutes filmés avec une seule caméra fixe. C’est tout à fait unique. Et c’est agréable aussi, un peu d’air venu d’ailleurs aux Oscars.

Lise Pedersen, euronews :
Oui, surtout après la victoire de “Twelve years a slave” l’an dernier, comment peut-on expliquer cela?

Brandi Hitt, ABC News, Los Angeles, USA :
Il y a eu une polémique cette année concernant les nominés, meilleur acteur, meilleure actrice, meilleur acteur pour le second rôle, meilleure actrice pour le second rôle… qui étaient tous des blancs, et on a même entendu le maître de cérémonie, Neal Patrick Harris, le souligner dans une blague qui n’a pas fait rire tout le monde, quand il a rendu hommage au Hollywood “le plus blanc”, a t-il dit, au lieu de “plus brillant”… C‘était un peu maladroit, au tout début de la cérémonie, mais il a donné un coup de projecteur sur quelque chose dont beaucoup de gens ont parlé cette saison. Et qui pensent que les Oscars doivent se diversifier. Alors, c‘était bien de voir le meilleur réalisateur aller…, de voir un peu de diversité arriver dans cette catégorie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

Insight

Lutte contre le terrorisme : coopération policière dans l'espace Schengen