DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : non-livraison de gaz au Donbass, un début de "génocide" selon Poutine

La question du gaz accentue le bras de fer entre l'Ukraine et la Russie. Le président russe qualifie de "génocide" la décision de Kiev de ne plus livrer de gaz aux régions séparatistes.

Vous lisez:

Ukraine : non-livraison de gaz au Donbass, un début de "génocide" selon Poutine

Taille du texte Aa Aa

Le bras de fer entre l’Ukraine et la Russie se déroule aussi sur le terrain énergétique. Depuis une semaine, Kiev ne livre plus de gaz aux régions séparatistes. Motif invoqué : les gazoducs sont endommagés par les combats.

Le président russe Vladimir Poutine a vivement critiqué cette décision. Il l’a dit ce mercredi lors d’une conférence de presse à Moscou. “Non seulement il y a la famine là-bas, non seulement l’OSCE a constaté une catastrophe humanitaire, mais en plus, on leur coupe le gaz. Je ne sais comment vous appelez cela. Pour moi, cela ressemble déjà à un génocide”, a ainsi déclaré le chef du Kremlin.

Il a aussi rappelé que le sujet du gaz figurait dans l’accord de Minsk signé il y a 2 semaines. Au regard de cet accord, les autorités ukrainiennes sont censées rétablir l‘économie dans les régions rebelles, et donc assurer l’approvisionnement de gaz.

En réaction à l’attitude de Kiev, Moscou a décidé de livrer directement du gaz aux habitants du Donbass, et de le facturer aux autorités de Kiev.
Le gouvernement ukrainien refuse de payer indiquant qu’il n’a aucun moyen de vérifier les quantités livrées.

Le géant russe Gazprom affirme désormais que l’Europe doit se préparer à d‘éventuelles perturbations dans son approvisionnement en gaz.

Le ton monte, même si à Bruxelles, on joue la carte de la conciliation. Ainsi le vice-président de la commission en charge de l‘énergie a indiqué ce mercredi qu’il espérait réunir “très très vite” les ministres russe et ukrainien afin d’aplanir les divergences.

L’an dernier, l’Europe a reçu environ 147 milliards de mètres cubes de gaz russe, ce qui représente près d’un tiers de sa consommation.
Bruxelles cherche à réduire cette dépendance énergétique.