DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : Washington et Londres haussent le ton face au Kremlin


Ukraine

Ukraine : Washington et Londres haussent le ton face au Kremlin

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Alors que Moscou, Kiev, Berlin et Paris appellent au respect du cessez-le-feu en Ukraine, Londres envisage d’exclure la Russie du système de paiement interbancaire Swift. Une sanction qui porterait un nouveau coup dur à l‘économie russe. De son côté, le chef de la diplomatie américaine ne mâche pas non plus ses mots visant le Kremlin. Selon John Kerry, “le mouvement séparatiste ukrainien est (…) une extension de facto de l’armée russe”. “Ils persistent à déformer la vérité, à mentir, quel que soit le terme que vous choisissiez à propos de leurs activités. Et ce, droit dans mes yeux et dans ceux d’autres à différentes occasions”, a déclaré le chef de la diplomatie devant une commission du Sénat.

Le second volet des accords de paix, signé à Minsk le 12 février, n’est respecté par aucun des deux camps. Les rebelles affirment néanmoins avoir commencé hier à honorer leurs engagements. “Nous avons commencé le retrait des armes lourdes dans 4 villes, Debaltseve, Horlivka, Donetsk and Telmanove”, affirme le chef rebelle Edouard Bassourine.

Une information impossible à vérifier, comme le souligne le porte-parole de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Ukraine. “Nous ne sommes pas en mesure, pour le moment, de vérifier le retrait des armes lourdes parce que les informations essentielles n’ont pas été fournies. Le cessez-le-feu ne tient pas dans les zones stratégiques telles que Debaltseve ou encore Donetsk, mais aussi Marioupol”, précise Michael Bociurkiw.

Kiev accuse les séparatistes de vouloir s’emparer du port stratégique de Marioupol pour créer un pont avec la Crimée annexée l’année dernière par la Russie.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Grèce : le feu vert de l'Eurogroupe fait bondir la bourse d'Athènes