DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Fichier européen des passagers aériens : la discussions reprend


Le bureau de Bruxelles

Fichier européen des passagers aériens : la discussions reprend

Et voilà le registre sur les données des passagers aériens de nouveau en discussion au Parlement européen. Deux ans après son rejet par cette même institution, le Britannique Thimothy Khirkhope a mis un nouveau texte sur la table. Il prévoit de collecter les données concernant tous les vols, y compris intra-européens.

“ Les terroristes sont très habiles de nos jours et ils ne suivent pas des itinéraires directs. Ils volent toujours en faisant des escales indirectes. C’est quelque chose que nous sommes capables de détecter, mais c’est très compliqué actuellement. Et je pense que cette nouvelle proposition rendrait les choses beaucoup plus simples pour suivre les individus suspects “, explique le rapporteur du texte.

Le fichier ne pourrait être utilisé que dans le cadre d’affaires terroristes ou de crimes prédéfinis. Et les données seraient conservées jusqu‘à cinq ans pour les cas les plus suspects. Trop longtemps pour l‘élue verte Judith Sargentini.

“ Les tueurs de Charlie Hebdo, celui de Toulouse, l’auteur de la tuerie au musée juif de Bruxelles, et il y a dix ans l’assassin de Thoe Van Gogh dans ma ville à Amsterdam… Tous ces gens étaient connus des services de police. Ne peut-on pas les suivre au lieu de stocker vos données et les miennes dans un ordinateur ! “, s’insurge-t-elle.

Pour l’approbation d’un registre européen des passagers aériens, le dialogue entre les trois institutions – Parlement, Commission et Conseil – sera déterminant. La Commission européenne pourrait alors faire une nouvelle proposition de texte, mais les tractations ne s’annoncent pas moins très longues.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Martin Schulz : il n'y a pas de différence de traitement entre la France et la Grèce