DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : retrait des armes lourdes et risque d'une "nouvelle escalade" militaire

Les séparatistes pro-russes de l’Est Ukrainien poursuivent le retrait de leurs armes lourdes de la ligne de front sans pour autant parvenir à

Vous lisez:

Ukraine : retrait des armes lourdes et risque d'une "nouvelle escalade" militaire

Taille du texte Aa Aa

Les séparatistes pro-russes de l’Est Ukrainien poursuivent le retrait de leurs armes lourdes de la ligne de front sans pour autant parvenir à rassurer les Ukrainiens.

Kiev ne croit pas au retrait. Le porte-parole de l’armée ukrainienne, Andrii Lyssenko, dénonce un “redéploiement des forces ennemies” et fait état de trois soldats tués ce vendredi.
Même s’ils observent sur le terrain les premiers mouvements de retrait des séparatistes comme des Ukrainiens, les observateurs de l’OSCE sont eux aussi inquiets. Lors d’une réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU, la présidente du groupe de contact, Heidi Tagliavini, a souligné, ce vendredi, “le risque d’une nouvelle escalade” militaire. Le représentant spécial de l’OSCE pour l’Ukraine,Ertugrul Apakan, également présent par vidéo conférence lors de la réunion du Conseil de sécurité, a, quant à lui, nuancé les inquiétudes d’une nouvelle spirale de violences et fait état de signes encourageants.

“Les opérations de combat ont nettement diminué sur toute la zone de conflit, même si des accrochages ont eut lieu autour de l’aéroport de Donetsk et non loin de Marioupol” a-t-il dit. “Nous avons aussi des indications selon lesquelles les deux parties commencent à mettre en œuvre les accords de Minsk.”

Les séparatistes pro-russes ont repris du terrain aux forces ukrainiennes après le cessez-le-feu signé à Minsk le 15 février et l’inquiétude se porte aujourd’hui sur Marioupol, le port au Sud-Est de l’Ukraine.

Les Occidentaux soupçonnent Moscou d’armer et d’instrumentaliser les séparatistes pour ouvrir une voie terrestre vers la Crimée, la péninsule ukrainienne annexée par la Russie en mars dernier. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philipp Hammond, a ainsi déclaré ce vendredi que Moscou “ne remplissait pas ses obligations dans le cadre des accords de Minsk”.