DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nemtsov assassiné, Poutine dénonce ce meurtre "cruel"

Boris Nemtsov est peut-être l'opposant politique le plus en vue à être assassiné depuis l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine il y a 15 ans.

Vous lisez:

Nemtsov assassiné, Poutine dénonce ce meurtre "cruel"

Taille du texte Aa Aa

Le président russe Vladimir Poutine a rapidement condamné le meurtre de son opposant politique Boris Nemtsov et a annoncé qu’il superviserait lui-même l’enquête.

Pour lui, ce meurtre “cruel” est un “contrat”, une “provocation” visant à déstabiliser la situation politique.

Boris Nemtsov a été tué la nuit dernière sous les yeux de plusieurs témoins, et cela a sans doute été filmé par les caméras de sécurité du Kremlin. Alors qu’il marchait sur le Grand Pont de pierre aux côtés d’une jeune femme ukrainienne, une voiture blanche est arrivée et on lui a tiré dessus. Il a été touché par quatre balles dans le dos. La jeune femme n’a rien eu.

Interrogé, un autre opposant du Kremlin, Ilya Yashin, dit n’avoir aucun doute sur l’objectif principal de ce meurtre : “il s’agit d’effrayer les gens, de faire naître la terreur et cette peur animal chez les gens qui ont un point de vue différent de celui des autorités. Peut-être qu’ils parviendront à effrayer certaines personnes, mais la majorité des gens qui soutenait Nemtsov et qui partageait sa vision des choses, j’en suis convaincu, continuera la lutte et son oeuvre“.

Boris Nemtsov dénonçait l’implication de la Russie dans le conflit ukrainien. Il avait appelé à manifester dimanche contre la politique de Vladimir Poutine quelques heures avant sa mort sur Radio Echo.

Selon Ksenia Sobtchal, une autre figure de l’opposition, Boris Nemtsov travaillait à un rapport sur la présence des forces russes en Ukraine.

55 ans, père de 4 enfants, ministre sous Boris Eltsine à la fin des années 90, Boris Nemtsov était impliqué dans la lutte anti-corruption et avait mené le mouvement de protestation de l’hiver 2011-2012.

Il se sentait menacé, il avait récemment déclaré “avoir un peu peur pour sa vie” dans une interview du 10 février à l’hebdomadaire russe Sobesednik.

Les autorités russes ont autorisé la marche à la mémoire de Boris Nemtsov qui remplacera donc la manifestation qui était prévue dimanche. C‘était le souhait des organisateurs.