DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Djokhar Tsarnaev face à la justice américaine


monde

Djokhar Tsarnaev face à la justice américaine

Les attentats de Boston

Le 15 avril 2013, deux bombes artisanales, cachées dans des sacs à dos, explosent près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston, auquel assistent des milliers de spectateurs. La déflagration fait trois morts, parmi lesquels un enfant de huit ans, et 264 blessés, dont certains devront être amputés. Il s’agit du plus grave attentat commis sur le sol américain depuis le 11 septembre 2001. Des images prises par des caméras de vidéosurveillance permettent d’identifier les suspects : il s’agit de deux frères, Tamerlan et Djokhar Tsarnaev.

Quatre jours plus tard, ils réapparaissent sur le campus du MIT près de Boston, où ils tuent un policier après avoir tenté de lui voler son arme. Les deux frères prennent la fuite à bord d’un véhicule volé, prenant en otage son conducteur qui parviendra à s‘échapper quelques minutes plus tard. La police retrouve leur trace à Watertown dans la banlieue de Boston. L’aîné, Tamerlan, est capturé après une violente fusillade. Grièvement blessé, il est déclaré mort quelques instants plus tard à l’hôpital.

Son frère, lui, est toujours en fuite. Débute alors une gigantesque chasse à l’homme. Djokhar Tsarnaev, 19 ans, est finalement repéré dans un jardin, sous la bâche d’un bateau. Il est blessé au coup et à la jambe. Avant d‘être arrêté, il écrit ces mots :“Le gouvernement américain tue nos civils innocents. Je ne peux pas supporter de voir ce mal rester impuni. Nous musulmans sommes un seul corps, vous faites du mal à l’un de nous, vous nous faites du mal à tous.”

Qui est Djokhar Tsarnaev ?

Né en juillet 1993 dans une famille de confession musulmane, Djokhar Tsarnaev grandit entre le Kirghizistan et le Daguestan. Il arrive à l‘âge de huit ans aux Etats-Unis où sa famille a obtenu l’asile politique. Il vit à Cambridge, près de Boston, dans un petit appartement qu’il partage avec ses parents, ses deux soeurs et son frère Tamerlan. Djokhar est scolarisé dans une école publique et semble bien s’adapter à sa nouvelle vie. Il est décrit comme un élève gentil, appliqué. Passionné de sport, il pratique d’abord la boxe, comme son frère Tamerlan, puis la lutte greco-romaine. En 2011, il obtient une bourse décernée par la ville de Boston pour l’aider à poursuivre sa carrière de sportif.

L’adolescent mène une vie ordinaire et paraît parfaitement intégré. Il acquiert même en 2012 la nationalité américaine. Son frère, en revanche, semble montrer des signes de radicalisation religieuse. En 2012, Tamerlan part au Daguestan, où il aurait tenté de prendre contact avec les réseaux de la guérilla islamiste, selon Le Monde. Djokhar pourrait s‘être radicalisé en parallèle de son frère. Dans un message sur Twitter, posté quatre mois avant les attentats, il écrivait : “Je ne discute plus avec les imbéciles qui disent que l’islam et le terrorisme sont la même chose, il faut laisser un idiot, rester un idiot.’‘

Le procès

Djokhar Tsarnaev encourt la peine de mort pour le double attentat de Boston. En juillet 2013, il avait plaidé non-coupable des trente chefs d’accusation retenus contre lui, dont l’utilisation d’une arme de destruction massive ayant entraîné la mort. Plusieurs zones d’ombre demeurent, concernant la préparation des attaques et le rôle joué par chacun des deux frères. L’aîné, Tamerlan, semble avoir été le meneur de cette opération terroriste, possiblement auto-financée. Des documents trouvés sur Internet pourraient avoir servi à la fabrication des bombes.

La défense, constituée de cinq avocats, a tenté de déplacer le procès dans une autre ville, estimant qu’il serait impossible de trouver un jury impartial à Boston. Une requête rejetée à trois reprises par le juge. Par ailleurs, il aura fallu deux mois, au lieu de trois semaines, pour sélectionner les douze jurés et six remplaçants sur un total de 1.300 personnes convoquées au départ par le tribunal.
Le procès, qui s’ouvre ce mercredi en présence de familles de victimes, pourrait durer trois mois.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

[Vidéos] Chili : le volcan Villarrica crache de la lave et inquiète