DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Boston : quatre jours de cauchemar


Etats-Unis

Boston : quatre jours de cauchemar

Le 15 avril 2013, c’est la fête des Patriotes à Boston. Des dizaines de milliers de personnes sont sur les abords du marathon lorsque deux bombes explosent à 12 secondes d’intervalle près de la ligne d’arrivée. Trois personnes, dont un enfant, sont tuées, parmi les 264 blessés une quinzaine seront amputés.

Sur cette vidéo, on voit Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, et son frère Djokhar, 19 ans, sur les lieux, portant des sacs à dos. Selon l’enquête, ils rentrent chez eux, l’ainé s’occuper de sa fillette de trois ans, le cadet sur son campus de l’université du Massachusetts à Dartmouth.

Dans une ville aux nerfs à vif où les rumeurs se multiplient, le président Obama promet les pleines ressources du gouvernement fédéral pour trouver les responsables. Dans une cérémonie oecuménique, il s’adresse aux blessés.

“Alors que vous commencez ce long processus de rétablissement, votre ville est avec vous. Votre communauté est avec vous, votre pays est avec vous. Nous serons tous avec vous quand vous apprendrez à vous relever et à marcher et, oui, à courir à nouveau. De cela, je n’ai aucun doute, vous courrez à nouveau! “

Ce même jour, les deux frères tuent un policier sur le campus du MIT, puis s’embarquent dans un 4X4. Suite à une confrontation avec la police, Tamerlan est tué, Djokhar s’enfuit à pied.

9 000 policiers, aidés de blindés et hélicoptères traquent le suspect. Les habitants sont retranchés chez eux, écoles et universités fermées, les transports en commun sont suspendus.

Vers 18h30, le 19, Tsarnaev est localisé par un résident dans son bateau placé dans son jardin. Le fugitif est blessé, caché sous une bache. Il prévient la police qui arrive en force, des tirs sont entendus.

Et puis l’annonce de la capture à 20h45. Transporté dans une ambulance grièvement blessé, c’est la fin de la cavale pour Tsarnaev, et le soulagement pour les habitants de Boston, après 4 jours de cauchemar.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Trois mandats d'arrêts internationaux, 32 ans après la rue des Rosiers