DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Empire du Sultan : quand Européens et Ottomans se fascinaient mutuellement

Vous lisez:

L'Empire du Sultan : quand Européens et Ottomans se fascinaient mutuellement

Taille du texte Aa Aa

L’exposition “ L’Empire du Sultan “ vient d’ouvrir ses portes au Bozar de Bruxelles. Son objectif : mettre en lumière les liens culturels entre

L’exposition “ L’Empire du Sultan “ vient d’ouvrir ses portes au Bozar de Bruxelles. Son objectif : mettre en lumière les liens culturels entre l’Europe et la Turquie et casser les stéréotypes. Les oeuvres exposées, d’une valeur inestimable, montrent à quel point les relations entre Européens et Ottomans étaient à la fois riches et complexes.

Point of view

Dans les pays d'Europe centrale, il y avait une assimilation des influences ottomanes. L'exemple par excellence est le portrait de Matthias, roi de Bohème, qui porte le caftan, à la mode ottomane.

Dès la Renaissance, une fascination mutuelle voit le jour. Ainsi, le portrait le plus célèbre du 7ème Sultan de l’Empire ottoman, Mehmet II le Conquérant, est-il réalisé en 1480 par le peintre italien Gentile Bellini.

Guido Messling, commissaire de la collection “ peinture allemande “ au Kunsthistorische Museum de Vienne, a imaginé le concept de l’exposition. “ Ce qui est nouveau ici est que, pour la première fois, nous avons aussi inclus des pays d’Europe centrale et orientale. La plupart des expositions précédentes se concentraient sur l’Italie, les Pays-Bas et l’Allemagne, mais maintenant nous montrons aussi la Hongrie et la Pologne par exemple, “ explique-t-il.

Des gravures aux armures, en passant par toutes sortes d’instruments scientifiques, l’exposition rassemble pas moins de 160 oeuvres et objets sur une période allant de 1420 à 1620. Dès le XVIème siècle, les voyages commerciaux et diplomatiques étaient devenus monnaie courante, chaque culture empruntant à l’autre. “ Dans les pays d’Europe centrale, il y avait une assimilation des influences ottomanes. L’exemple par excellence est le portrait de Matthias, roi de Bohème, qui porte le caftan, à la mode ottomane, “ souligne le Polonais Michal Dziewulski, commissaire adjoint de l’exposition.

Des artistes accompagnaient alors les délégations officielles pour étudier de plus près les us et coutumes de l’empire ottoman. Un pan de notre histoire commune que beaucoup de visiteurs découvrent à travers l’exposition, avec un enthousiasme non dissimulé. “ C’est une exposition un peu difficile, c’est quand même une page d’histoire qui est très méconnue mais c’est fascinant,” dit l’une. “ Je trouve qu’elle est passionnante cette exposition, très riche avec de très beaux passages de l’histoire européenne ! “ commente un autre.

L’Empire du Sultan, à voir jusqu’au 31 mai à Bruxelles. L’exposition prendra ensuite la direction du Musée National de Cracovie, en Pologne.