DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Réchauffement climatique : la bataille de l'Antarctique


science

Réchauffement climatique : la bataille de l'Antarctique

En partenariat avec

Il n’y a pas si longtemps, une épaisse couche de glace recouvrait tout ici. Ici, c’est l’Antarctique. Continent où se déroule une bataille qui va profondément bouleverser le visage de notre planète.

Les scientifiques estiment que la fonte des glaces de l’Antarctique pourrait faire augmenter le niveau des océans de plus de 3 mètres d’ici mille ans ou seulement un siècle dans le scénario le plus pessimiste. Une montée des eaux aux conséquences lourdes pour les zones côtières densément peuplées.

“97 % de la péninsule antarctique est encore recouverte de glace, tout n’est pas en train de fondre et tout ne va pas disparaître d’un seul coup. Mais la fonte d’une petite quantité de glace contribue grandement à ajouter de l’eau aux océans ce qui contribue grandement à l‘élévation du niveau de la mer”, explique Peter Convey, de l’Institut antarctique britannique (British Antarctic Survey).

Une eau légèrement plus chaude fait fondre la glace par-dessous. Cette glace se retire sur terre où c’est alors l’air, lui aussi plus chaud, qui prend le relais. Les changements sont déjà très visibles, notamment ici, sur l‘île Robert, où la scientifique chilienne Angelica Casanova se rend régulièrement depuis 1995.

“Nous savons que l’Antarctique est la zone qui a connu la plus forte augmentation de température, dit-elle. La température a augmenté d’environ trois degrés depuis cinquante ans. Nous pensons que ces plantes sont des indicateurs importants des changements climatiques et avant tout du réchauffement parce qu’elles permettent de reconstituer les changements de manière très précise.”

Il y a quelques années encore, les scientifiques estimaient que l’Antarctique était globalement en situation d‘équilibre, pas de perte et pas de gain de glace. Aujourd’hui, on parle de ce continent avec des termes beaucoup moins rassurants comme “irréversible” et “inarrétable”.

Les satellites de la NASA ont permis de calculer que l’Antarctique a perdu 130 milliards de tonnes de glace chaque année depuis 2004.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

Votre sang testé pour les marqueurs VIH et syphilis en quinze minutes