DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trois mandats d'arrêts internationaux, 32 ans après la rue des Rosiers

32 ans après l’attentat de la rue des Rosiers, l’enquête, qui piétinait, s’accélère. Le nouveau juge d’instruction en charge du dossier

Vous lisez:

Trois mandats d'arrêts internationaux, 32 ans après la rue des Rosiers

Taille du texte Aa Aa

32 ans après l’attentat de la rue des Rosiers, l’enquête, qui piétinait, s’accélère. Le nouveau juge d’instruction en charge du dossier, Marc Trévidic, a lancé trois mandats d’arrêts internationaux, grâce à des témoignages anonymes qui ont permis l’identification de suspects: trois hommes d’origine palestinienne, des anciens du groupe d’Abou Nidal, suspecté de l’attentat. Deux des trois hommes sont soupçonnés d’avoir fait partie du commando. Mahmoud Khader Abed Adra alias “Hicham Harb”, 59 ans, qui vit aujourd’hui à Ramallah, en Cisjordanie, et Walid Abdulrahman Abou Zayed, alias “Souhail Othman”, 56 ans, qui vit en Norvège.

Point of view

il est très important, même si c'est très longtemps après, d'obtenir justice

Le troisième est Souhair Mouhamad Hassan Khalid al-Abassi, alias “Amjar Atta”, 62 ans. Cet homme installé en Jordanie est soupçonné d’avoir supervisé l’attaque.
Ces pays n’ont pas signé de procédure d’extradition avec la France. Un obstacle selon Guillaume Denoix de Saint Marc, de l’Association Française des victimes du terrorisme :
“Les procédures d’extradition sont complexes et donc cela va être une autre bataille, celle d’obtenir quer ces personnes puissent être entendues par le juge. Et il est très important, même si c’est très longtemps après, d’obtenir justice. Et donc nous ne lâcherons jamais”.

Le 9 août 1982, une grenade explose dans un restaurant du quartier juif de Paris, au milieu d’une cinquantaine de clients. Puis deux tueurs ouvrent le feu. Bilan, 6 morts et 22 blessés.

“ A chaque fois que je passe ici, dit Mustafa Benemmon, fils d’une victime, je vois mon papa, je vois le nom de mon père et tout, et les autres aussi. Et voilà, pour moi je n’oublierai jamais. J’attends de la justice française qu’elle les condamne.”

Selon des anciens membres du groupe terroriste, le commanditaire de l’opération de la rue des Rosiers était Hafez el-Assad, père de Bachar, alors président de Syrie.