DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : combats à Alep malgré la présence d'une délégation de l'ONU

En Syrie, la ville d’Alep est en proie à de violents combats, et les civils payent un lourd tribu. Ici, dans le quartier rebelle de Qadi Askar, un

Vous lisez:

Syrie : combats à Alep malgré la présence d'une délégation de l'ONU

Taille du texte Aa Aa

En Syrie, la ville d’Alep est en proie à de violents combats, et les civils payent un lourd tribu. Ici, dans le quartier rebelle de Qadi Askar, un hélicoptère a largué un baril explosif sur des personnes rassemblées pour acheter du fioul, faisant au moins 22 morts. C’est une technique souvent utilisée par les forces du régime, notamment dans la région d’Alep. Elle fait chaque fois de nombreuses victimes civiles.

Ce regain de violence à Alep coïncide avec la visite depuis mardi d’une délégation de l’ONU, chargée de préparer une trêve partielle, permettant l’entrée d’aide humanitaire dans la ville.

Du côté de l’opposition syrienne en exil, le discours a un peu changé. La coalition ne veut plus se présenter comme le seul groupe légitime. Lors d’une visite à Paris, son chef, Khaled Khoja, a déclaré que si leur but est de se débarrasser de Bachar al-Assad, son départ n’est pas une condition au début des négociations : “La chute de Bachar al-Assad n’a jamais été une condition, pas même lors des discussions de Genève, mais les négociations doivent être claires et leur but doit être la fin de ce régime” a-t-il déclaré.

Dans une interview à un journaliste portugais, le président Bachar al-Assad accuse l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie de soutenir les jihadistes.

“Tout d’abord, on a besoin de représentants en Europe qui aient la volonté de combattre le terrorisme. Or, on ne les a pas trouvés jusqu‘à présent” a affirmé le président syrien.

La Russie a de son côté annoncé qu’elle accueillerait au mois d’avril des discussions entre des représentants du régime d’Assad et d’une partie plus large de l’opposition syrienne.