DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Annexion de la Crimée : un an déjà et peu de changement


Russie

Annexion de la Crimée : un an déjà et peu de changement

Près d’un an après l’annexion de la Crimée par la Russie, les habitants de la péninsule commencent déjà à fêter cet anniversaire. C’est mi-mars, après un référendum, que la Crimée s’est détachée de l’Ukraine. Le 27 février 2014 un commando prorusse s‘était emparé du Parlement de Crimée, première étape d’une annexion programmée.

Un an après, le leader local assure qu’“actuellement plus de 90% des gens disent soutenir ce qui est arrivé en mars l’année dernière. Je n’ai aucun doute à ce sujet, rajoute Sergei Aksyonov, et à d’autres médias occidentaux j’ai proposé de demander aux gens à l’improviste ce qu’ils pensent de ce qui s’est passé il y a un an.”

Sur le marché de Simferopol, on soutient les autorités russes malgré une économie sinistrée. Il n’y a pas la guerre ici, remarquent les habitants, soulagés.

“Je pense que rejoindre la Russie a entraîné une légère amélioration pour les lois, dit une femme. Mais dans notre vie quotidienne, c’est négatif : nous vivons et nous souffrons, et les prix sont en hausse.”

Certaines voix accusent l‘élite locale d‘être corrompue et de détourner l’argent alloué par Moscou.

L’activiste Andrei Kresko s’inquiète aussi pour les droits de l’Homme:
“Tout d’abord je devrais probablement souligner qu’il est devenu moins possible de réaliser des grands rassemblements, il y a toute une série de restrictions qui ont été introduites et même pour certains groupes ou représentants une interdiction d’organiser de tels rassemblements. Il y a eu quelques cas également où la liberté d’expression a été limitée.”

Le retour au bercail

L’annexion de la Crimée, on sait désormais qu’elle était soigneusement planifiée. Dans un documentaire bientôt diffusé à la télévision russe, Poutine affirme qu’il a lancé l’opération au moment de la chute du président Ianoukovitch, le 22 février. Le documentaire a pour titre “Crimée, le retour au bercail”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Corruption à Petrobras : Dilma Rousseff tente de calmer les Brésiliens