DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La BCE dégaine sa nouvelle arme pour relancer la croissance


économie

La BCE dégaine sa nouvelle arme pour relancer la croissance

La Banque centrale européenne a donné lundi le coup d’envoi d’un programme sans précédent de rachats de dettes publiques, qui va permettre de déverser des centaines de milliards d’euros dans l‘économie de la zone euro dans l’espoir de la redynamiser.
Ce plan de soutien s‘élèvera à 60 milliards d’euros par mois jusqu‘à septembre 2016 au moins, soit au minimum 1.140 milliards d’euros, investis principalement dans des obligations publiques.
Objectif : sous l’effet de la demande, la baisse des taux d’intérêt pousserait les banques à prêter aux entreprises et aux consommateurs.

Je ne pense pas que ce plan de soutien de la BCE sera un succès. Certes il y aura plus de liquidités sur les marchés mais les banques ne les utiliseront pas pour garantir des prêts à l‘économie parce que les taux d’intérêt ne sont pas si élevés que celà, spécialement dans les pays de la périphérie de la zone euro, explique Robert Halver, chargé de la recherche chez Baader Bank. ça veut dire qu’il y aura plus d’argent pour les marchés d’actions, le marché immobilier et surtout plus de dettes car ce serait un gachis que de ne pas accepter d’emprunter de l’argent à ces conditions. “

Les taux d’emprunt des pays de la zone euro sont déjà faibles et risquent de le devenir encore plus. Les effets du programme de la BCE se font sentir par anticipation depuis plusieurs semaines. Et les taux à dix ans des Etats de la zone euro qui évoluent en sens inverse de la demande, ont récemment été propulsés à des plus bas historiques.
De leur côté, les marchés actions se sont appuyés sur les annonces de la BCE pour grimper, la Bourse de Paris ayant notamment connu une ascension fulgurante depuis le début de l’année, frôlant les 5.000 points.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Eurogroupe : nouvelle réunion tendue avec la Grèce à Bruxelles