DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Parlement européen : l'affaire des assistants FN


Le bureau de Bruxelles

Parlement européen : l'affaire des assistants FN

Non à Bruxelles mais pas à ses financements… Avec 23 élus au Parlement européen, le Front national emploie des assistants dont les salaires sont pris en charge par l’institution. Or le président du Parlement, Martin Schulz, en soupçonne une vingtaine de travailler pour le parti, au siège de Nanterre. Il a saisi l’Office européen de lutte anti-fraude.

“ Une énorme quantité d’argent est payée par le Parlement européen et nous devons déterminer si ces personnes travaillent réellement en tant qu’assistants parlementaires ou en tant qu’assistants et conseillers au siège du Front national français “, a expliqué Martin Schulz au micro d’euronews.

La réaction de Marine Le Pen ne s’est pas faite attendre. Sur son compte Twitter, la présidente du Front national fustige les socialistes et annonce qu’elle portera plainte pour dénonciation calomnieuse.

De leur côté, les instances du Parlement mettent en avant l’organigramme du parti d’extrême-droite français dans lequel figurent certains de ces assistants, parfois même à des postes-clé. Il revient désormais à l’Office anti-fraude de décider d’ouvrir une enquête.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Fiscalité des entreprises : la commission du Parlement européen met le pied à l'étrier