DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : 9 millions d'euros, le butin d'un casse rapide et sans bavure

Vous lisez:

France : 9 millions d'euros, le butin d'un casse rapide et sans bavure

Taille du texte Aa Aa

C’est un casse spectaculaire, apparemment bien préparé et sans bavure qui a eu lieu au cours de la nuit de mardi à mercredi sur l’autoroute A6 en Bourgogne. Deux fourgons blindés remplis de bijoux, de diamants et d’objets d’art ont été attaqués peu après minuit au péage d’Avallon, dans le département de l’Yonne. Les malfaiteurs n’étaient pas moins d’une quinzaine, encagoulés, munis d’armes automatiques et “aguerris”, selon une source policière. Le préjudice est estimé à 9 millions d’euros, indique une source proche du dossier.

L’opération commando a été rapide, pas un seul coup de feu n’a été tiré, il n’y a pas eu de blessés ni même de dégâts au péage d’autoroute, informe le parquet d’Auxerre. Les fourgons appartiennent au groupe parisien TEMIS, qui est spécialisé dans le transport de biens précieux. Quand il a été attaqué, le convoi allait en direction de Besançon, en Franche-Comté, où une vente des bijoux était prévue. Le groupe de braqueurs s’est emparé des deux fourgons après avoir neutralisé leurs chauffeurs, puis les véhicules ont été éventrés à coup de pelleteuse et incendiés. Deux autres camionnettes utilisées par les malfaiteurs ont été retrouvées calcinées sur une parcelle de vignoble proche du péage. Les auteurs du braquage se sont enfuis à bord de trois grosses cylindrées en direction de Paris.

Si le butin vaut bien 9 millions d’euros, c’est le plus gros braquage de transport de fonds en France depuis celui qu’avait réalisé l’ex-convoyeur Toni Musulin en novembre 2009 à Lyon; il lui avait rapporté 11,5 millions d’euros, dont une grande partie, plus de 9 millions, avait ensuite été retrouvée. Un large dispositif de recherches a été mis en place par la gendarmerie française, avec même un appui aérien. Des experts scientifiques se sont rendus sur les lieux de l’attaque afin d’effectuer des relevés. La Juridiction interrégionale spécialisée de Paris est saisie de l’enquête, et les brigades de recherches d’Avallon et de Dijon sont mobilisées.