DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hippie chic et chic hippique

Vous lisez:

Hippie chic et chic hippique

Taille du texte Aa Aa

Chez Saint Laurent, on veut une femme insoumise, Moins rive gauche, plus bords de Tamise. Du cuir, du noir sous les paupières, La bourgeoise

Chez Saint Laurent, on veut une femme insoumise,
Moins rive gauche, plus bords de Tamise.

Du cuir, du noir sous les paupières,
La bourgeoise parisienne se déguise, populaire, ouvrière.

Pour autant, de grâce, ne portez pas ces habits dans de sombres ruelles,
Car votre place est sur les grands boulevards, mademoiselle.

Vous semblez pouvoir vous défendre à coup de canif,
Mais paraissez sans défense avec votre frêle allure d’escogriffe,

Saint Laurent veut furieusement démocratiser sa griffe,
Mais ce style-là ne risque pas de franchir le périph’.

Dans les coulisses du défilé Westwood,
Pas de glamour à la Hollywood.

Avec ces quelques faux tatouages au henné,
Le nouveau style Vivienne est né.

Sur le podium défilent des hommes en robe,
Bras d’honneur aux rétrogrades et homophobes.

Qu’ils sont beaux ses androgynes,
A l’aise sur talons de 12, mini-jupe ou blue jeans.

Au premier rang les fashionistas s’interrogent,
En voyant des beaux mecs en soutien-gorge.

Mais si Vivienne aborde la question du genre,
C’est n’est sûrement pas pour faire genre.

“Ce que j’essaye de dire avec ce style unisexe c’est qu’on est tous des êtres humains et que les femmes ne sont pas plus humaines que les hommes”, analyse Vivienne Westwood. “Nous avons tous une humanité humaine et je pense que ça participe au débat public”.

Apportons à ce beau tableau un simple bémol,
Il n’est pas livré avec du paracétamol.

Avec une aspirine, Vivienne n’aurait pas été trop généreuse,
Pour nous aider à supporter un tel son de tronçonneuse,

Bombe sur les têtes au défilé Moncler,
Mannequins prêtes à charger, sabre au clair.

Si certaines créateurs surfent sur le hippie chic.
L’isérois opte pour le chic hippique.

Ne manquent que cravaches et casaques à cette mise en scène,
Pour prendre le départ du tiercé à Vincennes.

Qu’ils sont loin les street wear, casquettes et baggy,
Voilà du copier-coller de Charlotte Casiraghi.

Créateur, tu crois m’avoir facilement ému,
Mais à ton aristocrate cavalière, je préfère le PMU.