DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Andorre : contenir les conséquences du scandale de la BPA.


économie

Andorre : contenir les conséquences du scandale de la BPA.

Les administrateurs, maintenant publics de Banca Privada d’Andorra, la BPA, ont plafonné les retraits de fonds pour essayer de contenir le scandale de blanchiment d’argent dont le Trésor américain accuse la banque, quatrième établissement de la Principauté.
Les retraits de 2.500 euros par personne par compte et par semaine, ou bien 300 euros par jour, sont autorisés.

“Oui j’ai peur, affirme cette cliente, car l’argent dont j’ai besoin jusqu‘à la fin du mois est sur mon compte. J’ai peur, ils ne m’ont pas informée, ni appelée, rien de tout ça”.

“On ne sait pas encore ce qui se passe,. Mais pour l’instant explique un autre client de BPA, nous sommes allés faire les courses au supermarché et la carte de crédit n’a pas fonctionné”.

Mise sous pression par la Banque d’Espagne qui avait pris son contrôle, Banco Madrid, la filiale à 100% de Banca Privada de Andorra a déposé le bilan il y a quelques jours après la ruée des déposants à ses guichets.

“Je te le dis, 740.000 euros, c’est toute mon épargne que j’ai ici, se plaint un client de Banco Madrid. Et on peut rien retirer !!”

“Je ne m’attendais pas à ça. Je n’avais pas déposé d’argent ici pour le blanchir. Je suis client depuis 10 ou douze ans”, explique ce septuagénaire madrilène.

Les actifs gérés par le secteur bancaire andorran sont désormais 17 fois supérieurs à l‘économie de la principauté qui dépend en grande partie de ses services financiers et le scandale BPA menace les finances publiques.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

économie

Des pays européens rejoignent la banque chinoise d'investissements