DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La loi sur la fin de vie adoptée par l'Assemblée nationale française


France

La loi sur la fin de vie adoptée par l'Assemblée nationale française

Les députés ont été nombreux à voter en faveur de la loi sur la fin de vie. 436 voix pour, 34 contre et 83 abstentions.
Le texte porté par des députés de la majorité et de l’opposition, a donc été adopté ce mardi. Il s’agit de la deuxième grande réforme promise par François Hollande.

Cette loi instaure le droit à une sédation “profonde et continue” pour les malades en phase terminale et ce jusqu‘à leur décès. Ce choix, et donc le refus de l’acharnement thérapeutique, devront être clairement mentionnés dans des directives anticipées du patient. Des directives contraignantes, sans limite de validité et révisables ou révocables à tout moment si le patient le souhaite. Un plus par rapport à la loi Leonetti de 2005 qui limitait à trois ans la validité de ces directives anticipées.

Pour Jean Leonetti, auteur du texte adopté, cette loi “ne change pas les grands principes, mais en même temps elle donne beaucoup plus d’autonomie, beaucoup plus de liberté et de pouvoir de décision à celui qui est le plus vulnérable, le malade, le mourant”.

Juste avant le vote, la séance à l’Assemblée nationale a été interrompue par des individus anti-euthanasie. Lesquels ont lancé des tracts dans l’hémicycle.

Cette loi, qui donne donc le droit de mourir aux malades, ne fait pas que des heureux, certains députés la qualifiant d’euthanasie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Saint-Patrick : effervescence à Dublin