DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La patronne Vonn et les plongeurs chinois


sport-united

La patronne Vonn et les plongeurs chinois

Joe Allen, euronews : “Bonjour et bienvenue dans Sports United, l‘émission qu’il faut regarder si vous aimez le sport, si vous aimez tous les sports. Au sommaire de ce numéro : le doublé de Lindsey Vonn, les performances incroyables des plongeurs chinois et un coup de projecteur sur l’aviron”.

Le doublé de Lindsey Vonn

Joe Allen : “Lindsey Vonn s‘était brisée le genou droit en 2013 lors des championnats du monde à Schladming. Elle avait rechuté à l’occasion de son retour sur le circuit, ce qui l’avait privée l’an passé des Jeux olympiques de Sotchi. Mais ne pas être au top n’a jamais été une option pour la “Reine de la vitesse”. Elle l’a encore prouvé cette semaine en écrivant quelques chapitres de plus dans le Livre des records”.

Lindsey Vonn égale la légende suédoise Ingemar Stenmark en empochant cette semaine ses 18es et 19es globes de cristal. La skieuse américaine remporte le classement de la Coupe du monde de descente pour la septième fois de sa carrière et celui du super-G pour la cinquième fois.

Elle s’impose dans les deux disciplines lors des Finales de Méribel, au coeur de la Savoie. La “Reine de la vitesse” glisse à merveille sur la piste du Roc de Fer et laisse derrière elle ses adversaires et ses soucis.

Après deux hivers blancs dûs à des blessures au genou, Lindsey Vonn a gagné 8 courses cette saison pour porter à 67 son total de victoires en Coupe du monde. Seul Ingemar Stenmark a fait mieux…

Un beau cadeau d’anniversaire

Joe Allen : “La 18e édition de la Coupe du monde féminine de cyclisme sur route a démarré aux Pays-Bas avec le Tour de Drenthe. Une course aussi difficile qu’imprévisible, les précédentes victoires s‘étant jouées après des attaques en solitaire, entre rescapées de petits groupes ou bien encore au sprint massif. Intéressons-nous maintenant à celle qui cette année a gagné cet évènement”.

Jolien D’Hoore ne pouvait pas rêver plus gâteau d’anniversaire que celui qu’elle a reçu pour sa victoire dans le Tour de Drenthe. La championne de Belgique remporte, le jour de ses 25 ans, la première course d’envergure de la saison.

Une épreuve qui est un mélange de Paris-Roubaix – avec trois secteurs pavés – et de Tour des Flandres – avec trois monts à grimper. La tenante du titre, la Britannique Liz Armistead, profite d’ailleurs de la dernière ascension pour tenter sa chance.

En vain, et au terme des 138 kilomètres, c’est au sprint que l’ancienne championne du monde espoirs s’impose devant les Néerlandaises Amy Pieters et Ellen van Dijk.

Prochaines classiques en Belgique au mois d’avril avec le 5, le Tour des Flandres, et le 29, la Flèche Wallonne.

The Wave Muscat sur le haut de la vague

Joe Allen : “Huit étapes réparties sur trois Continents en l’espace de onze mois : c’est le programme chargé en 2015 des Extreme Sailing Series. L’ouverture de la saison a eu lieu à Singapour le mois dernier et la deuxième manche vient de se courir à Mascate. Direction donc la capitale d’Oman pour voir qui a surfé sur la vague”.

Quoi de mieux qu’une victoire à domicile, surtout quand c’est la troisième fois consécutive que cela arrive ? Pas grand-chose doit se dire l‘équipage de The Wave Muscat et son skipper britannique Leigh McMillan.

A bord de leur catamaran d’une douzaine de mètres de long, ils l’emportent d’extrême justesse, avec 239 points contre 237 aux Danois de SAP. Les Autrichiens de Red Bull complètent le podium et sont rejoints en tête du classement général par leurs deux rivaux.

Ils auront l’occasion de se départager en Chine, sur le plan d’eau de Qingdao, fin avril et début mai.

Des plongeurs hors d’atteinte ?

Joe Allen : “Lorsqu’il s’agit de plongeon, les Chinois éclaboussent la concurrence. Ils n’ont laissé aux autres que 4 titres sur les 36 décernés lors des deux dernières éditions des Jeux olympiques et des championnats du monde. Leur ruée vers l’or va sûrement se poursuivre cet été aux Mondiaux de Kazan et l’an prochain aux J.O. de Rio. Alors jetons un oeil sur ces plongeurs chinois”.

A côté du Nid d’Oiseau utilisé en 2008 lors des Jeux olympiques de Pékin se nichent le Cube d’eau et des champions d’exception. Jamais dans l’histoire du plongeon, un pays n’a autant dominé la discipline. On va donc tenter de comprendre comment les Chinois ont atteint un tel niveau d’excellence…

Cornel Marculescu est le directeur exécutif de la Fédération internationale de natation : “Ils ont une longue tradition dans cette discipline et ils travaillent très dur. Ils ont de grands talents qui émergent les uns après les autres, et ils méritent tous les succès qu’ils obtiennent. Mais ils ne sont pas tout seuls, il y a d’autres nations qui travaillent énormément. Alors on verra bien ce qui se passera lors des championnats du monde à Kazan en juillet.”

Quatre fois championne olympique et sept fois championne du monde, Wu Minxia assure qu’il n’y a pas de secret pour expliquer cette réussite, mais un ingrédient : le travail, beaucoup de travail.

Wu Minxia : “On ne fait rien de spécial. On essaie juste de reproduire en compétition ce qu’on travaille à l’entraînement. On effectue simplement les mouvements décidés par nos entraîneurs”.

But du jeu : les reproduire à la perfection le Jour J pour impressionner le jury…

Immersion dans l’univers de l’aviron

Joe Allen : “Dans une édition précédente de Sports United, nous nous sommes penchés sur le rôle du barreur dans les compétitions d’aviron. Cette semaine, dans Inside sport, nous retournons sur l’eau pour vous donner un aperçu des équipements modernes utilisés dans la discipline. Connaissez-vous le poids de ces bateaux ? Et savez-vous de quoi ils sont faits ? Les réponses des compétiteurs.

“Même s’il n’y a qu’une seule personne à bord, le bateau le plus petit mesure déjà 7 mètres de long… Croyez-le ou pas, il ne pèse que 14 kilos alors qu’un rameur pèse souvent autour des 100 kilos !”

“On agrandit la taille quand le bateau est conçu pour deux personnes, quand il est prévu pour quatre, et encore plus quand il s’agit d’un huit. Là, on atteint les 18 mètres, parfois même un peu plus, pour un poids de 96 kilos.”

“Toute la magie vient de la matière. L’embarcation est presque entièrement construite en fibre de carbone et en époxyde.”

“A première vue, le siège coulissant, ça n’a pas l’air très confortable, mais en fait, il a la forme idéale pour permettre à l’athlète de faire avancer le bateau.”

“Il y a des chaussures qui sont fixées sur la structure. On peut ajuster la taille et l’angle en fonction des rameurs. Elles sont fixées pour des raisons de sécurité. Si vous vous renversez et que vous devez quitter rapidement l’embarcation, elles restent attachées au bateau”.

“Une autre partie importante, c’est le portant, le cadre fixé à la coque qui permet de soutenir la dame de nage sur laquelle l’aviron s’appuie et pivote”.

“C’est une poignée ajustable. C’est important qu’elle soit lisse pour ne pas se blesser. Ceci est le manchon, la protection de plastique sur le manche de l’aviron, c’est très important d’avoir une bonne prise”.

“La palette est faite en fibre de carbone avec une extrémité renforcée pour ne pas s’abîmer si vous frappez des roches ou quoi que ce soit d’autre. Comme ça, elle dure beaucoup plus longtemps. “

Un prix et du jet-ski

Joe Allen : “Il ne vous reste plus que quelques jours pour choisir votre personnalité sportive préférée qui sera récompensée le mois prochain par le prix Sport Accord. Vous pouvez d’ailleurs aller sur le site internet de notre partenaire pour voter. Sachez que Lindsey Vonn est l’une des nommées dans la catégorie Héros du sport”.

“Nous terminons cette émission avec des images spectaculaires de la première des cinq étapes des championnats du monde de jet-ski à Doha. Au nom de toute l‘équipe de Sports United, je vous remercie pour votre fidélité et je vous donne rendez-vous la semaine prochaine”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

sport-united

Rallye, rugby, taekwondo : l'explosivité en fil rouge