DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le soleil noir vu d'avion par des chanceux !

Pour la neuvième fois depuis le début du XXIe siècle, l‘éclipse solaire était totale, mais seulement depuis des territoires très reculés de la

Vous lisez:

Le soleil noir vu d'avion par des chanceux !

Taille du texte Aa Aa

Pour la neuvième fois depuis le début du XXIe siècle, l‘éclipse solaire était totale, mais seulement depuis des territoires très reculés de la planète : les îles Féroé et le Svalbard, archipel norvégien perdu dans l’Arctique. Des milliers de chasseurs d‘éclipse s’y étaient donné rendez-vous.

Point of view

La prochaine fois, en 2081, je ne serais probablement plus de ce monde alors j'en profite !

Quelques centaines de privilégiés ont aussi pu admirer cette éclipse totale depuis le siège de leur avion. Un appareil spécialement affrété a décollé de Mourmansk en Russie pour pouvoir observer pendant environ deux minutes et demi ce soleil noir.

Une chance, alors qu’en Europe, les nuages ont bien souvent gâché la fête, comme en Grande-Bretagne, en Belgique ou en France. Nombreux étaient ceux qui s‘étaient équipés de lunettes spéciales et qui s‘étaient réunis pour voir ensemble ce spectacle, fascinant.

En revanche, à Berlin, en Allemagne, le ciel était clair et les amateurs d‘éclipse, heureux :
C’est probablement la seule fois que je peux voir ça de mes yeux, la prochaine fois, en 2081, je ne serais probablement plus de ce monde alors j’en profite !”

Heureux aussi ceux, qui en Egypte, ont pu admirer l‘éclipse partielle sur des sites d’exception comme les pyramides de Gizeh. Ici, pas de nuage à l’horizon, juste le ciel bleu azur et le spectacle…

“Le soleil était un dieu dans l’antiquité égyptienne et on a beaucoup de lieu à travers le pays où on peut voir un alignement des temples avec le lever ou le coucher du soleil”, a expliqué Alaa Ibrahim, professeur d’astrophysique du Caire.

Par un pur hasard, cette éclipse coïncidait cette année avec l‘équinoxe de printemps (lorsque le Soleil repasse de l’hémisphère Sud à l’hémisphère Nord), et avec la “Super Lune” (lorsque la Lune est à la fois pleine et au plus près de la Terre).

Dans tous les cas, les mieux placés pour capturer ce phénomène étaient sans doute les satellites de l’ESA, l’agence spatiale européenne.