DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Al Pacino, alias "Danny Collins", rock star has been

Vous lisez:

Al Pacino, alias "Danny Collins", rock star has been

Taille du texte Aa Aa

Al Pacino dans la peau d’une rock star américaine vieillissante. Al Pacino est Danny Collins dont le quotidien rime avec sexe, alcool et drogues. Un

Al Pacino dans la peau d’une rock star américaine vieillissante. Al Pacino est Danny Collins dont le quotidien rime avec sexe, alcool et drogues. Un jour, il découvre une lettre qu’il aurait dû recevoir en 1971, l’année où il faisait ses premiers pas dans la musique, une lettre écrite par John Lennon lui-même ! Ce message a 44 ans de retard et va bouleverser son existence.

Le réalisateur du film Dan Fogelman est surtout connu pour sa collaboration avec les studios Disney. Les scénarios de Raiponce et Cars, c‘était lui. Alors Dan, ça fait quoi cette fois-ci de se frotter à Tony Montana en personne ?

“Je me sens bien. Pour un début, diriger Al Pacino, c’est juste une nouvelle journée au bureau. Non, c’est excitant, c’est même passionnant voire incompréhensible. J’aurais dû prendre un anxiolytique avant de venir ici ce soir”, dit, tout sourire, Dan Fogelman.

La lettre de John Lennon conduit le rocker vétéran à débuter une seconde vie. Danny Collins va chercher à redécouvrir sa famille et à trouver l’amour. Il découvre un fils dont il ignorait l’existence, Tom Donnelly interprété par l’acteur Bobby Cannavale. Il y a aussi sa femme, Samantha, jouée par une Jennifer Garner en toute simplicité.

Ce beau panel de stars était présent sur le tapis rouge pour la première de Danny Collins à New-York. Étaient absents à Manhattan, l’acteur canadien Christopher Plummer et l’actrice américaine Annette Bening.
Pour Dan Fogelman, Al Pacino était fait pour ce rôle.

“C‘était l’idée de Dan que je joue ce personnage. Parfois, les réalisateurs qui vous pressentent pour un rôle… c’est comme Francis Coppola qui me voyait interpréter le Parrain… Je ne me voyais pas jouer ce rôle, mais lui oui. Je ne l’imaginais pas non plus cette fois-ci, mais Dan, si ! Donc, vous tenez compte de leur avis, car ils voient des choses pour lesquelles, vous, vous n‘êtes pas assez objectif”, explique l’acteur Al Pacino.

Le film est basé sur une histoire vraie. En 1971 John Lennon avait bien écrit une lettre manuscrite à l’un de ses fans, un jeune chanteur de folk britannique de 21 ans, Steve Tilston qui craignait que la gloire soit nocive pour le sens artistique et l’inspiration. L’ex-Beattles avait par sa missive voulu le rassurer. Cette missive s’est, par la suite, perdue et Steve Tilston ne la recevra finalement qu’en 2005 après avoir été contacté par un collectionneur.