DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Coster-Waldau/Bier, le duo danois d'"Une seconde chance"


cinema

Coster-Waldau/Bier, le duo danois d'"Une seconde chance"

En partenariat avec

Nikolaj Coster-Waldau et Ulrich Thomsen sont à l’affiche d’“Une seconde chance”, le thriller danois réalisé par Susanne Bier. Nikolaj Coster-Waldau, la star de la saga “Game of Thrones” arrive sur grand écran dans la peau d’un jeune détective, Andreas. Ce dernier mène une vie simple avec sa femme et son fils. Une vie qui bascule quand le policier et son collègue Simon sont appelés pour une dispute entre un couple de junkies. Andreas est alors confronté à un dilemme.

“J’ai été vraiment ému par l’histoire, par toutes ces questions que l’on peut se poser. Jusqu’où on peut aller ? Ce genre de questions fondamentales. La fin justifie-t-elle les moyens ? Et peut-on tout faire si nos intentions sont nobles ? Cela vous donne-t-il du crédit ? Toutes ces choses”, explique Nikolaj Coster-Waldau.

Au-delà du film lui-même, Nikolaj Coster-Waldau avoue avoir eu beaucoup de plaisir à travailler aux côtés de sa compatriote Susanne Bier. Il faut dire que la réalisatrice danoise est créditée d’un très beau palmarès, Golden globe et Oscar du meilleur film étranger en 2011, pour Revenge, elle signe l’année suivante la comédie romantique “Love Is All You Need”, avec Pierce Brosnan.

“Susanne est l’une des meilleures réalisatrices avec qui j’ai eu l’occasion de travailler. Parce qu’elle se concentre sur les personnages. C’est tout ce dont elle se soucie et c’est pour ça qu’elle arrive à capturer ces moments d’honnêteté. Elle travaille toujours avec deux opérateurs et un autre en supplément et elle n’arrête jamais de filmer tant qu’elle n’a pas trouvé ce qu’elle veut. Et là, c’est une sorte de libération parce que vous, en tant qu’acteur, vous n’avez qu‘à lui faire confiance”, ajoute l’acteur danois Nikolaj Coster-Waldau .

Projeté en septembre dernier pour la première fois au Festival international du film de Toronto, “Une seconde chance” de Susanne Bier sort depuis janvier sur les écrans du monde entier.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

CitizenFour : un Oscar contre la surveillance de masse des américains