DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les réformes nécessaires des services de santé européens


focus

Les réformes nécessaires des services de santé européens

Les systèmes de santé européens vont devoir s’adapter aux changements de la société : c’est le message de la conférence «Agir ensemble – une feuille de route pour des soins de santé durables “ , qui s’est déroulée le 19 mars à Bruxelles.

En 2050, 37% de la population européenne sera âgée de plus de 60 ans, et le vieillissement de la société remet en question la viabilité économique des services de santé .Des solutions ont été proposées par le “ Groupe directeur européen “ , qui rassemble des universitaires, des membres de l’industrie et des politiciens. Le groupe est présidé par l’ancienne ministre de la Santé et de la jeunesse en Irlande , Mary Harney

Mary Harney , Présidente du Groupe directeur européen :«Le statu quo dans nos services de santé n’est pas envisageable . Si nous voulons préserver notre service de santé européen, qui est de bonne qualité , acceptable pour tous, sur la même base , et sans que les soins soient rationnés , alors nous devons transformer d’une manière radicale la façon dont nous fournissons ces services; nous devons changer la façon dont nous intervenons auprès des patients, à un stade précoce, et comment nous donnons aux citoyens la possibilité de gérer eux-mêmes leur propre santé.”

Dans 21 pays près de 30 projets pilotes ont été développés par le groupe , qui a travaillé pendant plus d’un an pour recueillir des données et analyser ces initiatives . Le «Livre blanc» présenté à la conférence souligne quelques recommandations .

Professeur Walter Ricciardi , Université Catholique de Rome et Rapporteur du livre blanc :” Aujourd’hui, nous avons une population âgée, en Europe et surtout en Italie et en Allemagne. Pour cette population aux maladies chroniques, qui durent plusieurs années, et parfois ne peuvent être guéries, nous devons réorganiser les services : non seulement les hôpitaux , mais aussi les modalités d’assistance dans leur pays, et à leur domicile. “

Les maladies chroniques sont responsables de 86 % des décès, et affectent plus de 80 % des personnes âgées de plus de 65 ans. La question est pertinente sur le plan économique , car les dépenses de santé représentent environ 700 milliards d’euros chaque année .

Pascale Richetta , vice-présidente AbbVie :«Si je prends l’exemple de l’oncologie , de toute évidence on est passé d’un état ​​très grave avec un pronostic irrémédiable, à l‘état d’une maladie chronique , pour plusieurs cas, mais nous pouvons atteindre ce stade bien plus rapidement, avec une intervention précoce, donc très tôt , dès les premiers symptômes. Un bon traitement peut minimiser la gravité de la maladi, et aider les personnes à vivre plus longtemps “.

L’intervention précoce a été au cœur d’un projet de recherche concernant plus d’ un million de personnes à Madrid sur les maladies musculo -squelettiques, la principale cause d’handicap à travers les âges. Le projet a eu des résultats impressionnants.

Professeur Juan Jover , chef de Rhumatologie , Hôpital Clinico , San Carlos , Espagne:«Nous avons été en mesure de réduire de 40% le nombre de jours de congés maladies des personnes concernées, et les résultats économiques étaient très bons , parce que pour chaque euro que vous investissez dans le programme , vous obtenez un rendement de 11 euros dans quelques années “ .

Le fait de promouvoir des modes de vie responsables devrait avoir un impact sur ​​l‘économie , en particulier dans des pays comme le Royaume-Uni , où 67 % des hommes et 57% des femmes sont considérés comme en surpoids ou obèses .Un modèle élaboré par les chercheurs à Rome a permis de prévoir quelques tendances.

Professeur Vincenzo Atella , professeur d‘économie à l’Université de Rome “Tor Vergata” :” Un mode de vie plus sain peut permettre aux gens de ne plus être en surpoids après 50 ans , permettant à l’Europe d‘économiser jusqu‘à 100 milliards d’euros d’ici à 2050 – et cela tout simplement par des changements de style de vie , et non pas avec la médecine ou d’autres mesures. “

Réorganiser les soins de santé ne devrait pas signifier couper les budgets , même en temps de crise économique . Le commissaire européen à la santé lance un avertissement : des mesures sévères peuvent être contre-productives

Vytenis Andriukaitis , commissaire européen pour la santé:” Si nous parlons de réformes structurelles , nous devons parler de l’impact sur ​​la santé publique . Vous ne pouvez pas détruire l’accès aux soins de santé avec des réformes structurelles . Que signifie la santé ? C’est un préalable à la croissance et à l’emploi. “

Le proverbe «Mieux vaut prévenir que guérir» est aussi valable avec un point de vue économique . La recette semble simple, elle a juste besoin d’ être appliquée.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

focus

Un "plan Marshall" pour l'Ukraine