DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Yémen : l'Arabie saoudite somme les houthis de mettre fin à leur coup d'état


Yémen

Yémen : l'Arabie saoudite somme les houthis de mettre fin à leur coup d'état

Les Houthis ont envoyé des renforts vers le sud, avec pour objectif Aden où s’est retranché le président yéménite.

Ce week-end, des unités des forces spéciales proches des Houthis ont pris le contrôle de la troisième ville du pays, Taëz. Ce lundi, encore, des milliers d’habitants ont réclamé le départ des forces spéciales. Des manifestants ont été blessés par des tirs.

L’Arabie saoudite a sommé la milice chiite, qui tient la capitale Sanaa depuis septembre, de mettre fin à son “coup d’Etat” pour rétablir les autorités “légitimes” représentées par le président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Il faut savoir que la milice chiite bénéficie de puissants soutiens dans l’armée parmi les fidèles de l’ex-président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir de 1978 à 2012. Ce dernier a fait cause commune avec les Houthis aux dépens de l’actuel président, soutenu, lui, par les monarchies sunnites du Golfe dont l’Arabie saoudite.

La nuit dernière, le Conseil de sécurité de l’ONU avait pourtant aussi réaffirmé son soutien à l’actuel président Hadi et la nécessité de préserver “l’unité” du Yémen.

L‘émissaire de l’ONU Jamal Benomar a prévenu que le Yémen s’acheminait vers “une guerre civile” et risquait la “dislocation” avec “une division croissante entre le nord et le sud”. Continuer les hostilités mènera “à un scénario libyen ou syrien”, a-t-il ajouté.

Et pour compliquer encore la situation, l’EI a revendiqué les attentats-suicides ayant fait 142 morts et 351 blessés vendredi dernier dans deux mosquées de Sanaa fréquentées par les Houthis.
Ce lundi, le groupe jihadiste a mis en ligne sur internet des photos des cinq kamikazes responsables de ces massacres.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Un barrage gigantesque pour sceller la coopération entre Egypte, Ethiopie et Soudan