DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kolomoïski, entre soutien à Kiev, oligarchie et trafic d'influence

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a limogé dans la nuit Igor Kolomoïski, gouverneur de Dnipropetrovsk, région clé de l’est du pays

Vous lisez:

Kolomoïski, entre soutien à Kiev, oligarchie et trafic d'influence

Taille du texte Aa Aa

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a limogé dans la nuit Igor Kolomoïski, gouverneur de Dnipropetrovsk, région clé de l’est du pays, limitrophe des régions séparatistes. Kolomoïski est aussi l’un des principaux oligarques ukrainiens : sa fortune est estimée à 1,8 milliards de dollars. Il se retrouve au centre d’une affaire politique et de trafic d’influence depuis que des hommes armés et non identifiés ont investi le siège de la compagnie pétrolière Ukrnafta la nuit du 22 mars. Une grille a été posée pour en barrer l’accès. L’action a été menée après le vote par le parlement ukrainien d’une loi sur les sociétés d‘économie mixte, détenues par l’Etat et par des actionnaires privés.

L’Etat ukrainien, qui détient 50% plus une action de Ukrnafta, peut désormais toucher des dividendes de la compagnie, jusqu’a présent bloqués par l’autre actionaire, qui n’est autre qu’Igor Kolomoïski, à hauteur de 42%.

Jusqu‘à présent, il fallait un quorum de 60% pour convoquer l’assemblée générale d’actionnaires ; la nouvelle loi l‘établit à 50%.

Selon le ministre de l’Energie et du Charbon, Volodymyr Demchysyn, l’action “coup de poing” du siège de Ukrnafta a été menée en réaction à la nouvelle législation :

“Le moindre changement dans le management d’une telle entreprise signifie que quelqu’un perd son contrôle. Et si cette personne était habituée à faire des profits, à administrer de grandes ressources, alors bien-sûr, je comprends qu’elle veuille se battre pour empêcher quelqu’un d’autre d’arriver et de prendre le contrôle”.

Igor Kolomoïski est un des ces oligarques qui contrôlent des pans entiers de l‘économie, y compris l‘énergie, la banque, les médias, l’aviation et la métallurgie. Jusqu’au changement de la loi, c’est l’un de ses protégés qui administrait Ukrnafta.

Igor Kolomoïski :
“Ce sont des histoires. C’est inventé de toutes pièces par des experts en communication – l’histoire d’un M. Kolomoïski furieux et de gentils parlementaires qui reprennent le contrôle d’un groupe pétrolier, satisfaisant ainsi les demandes des manifestants de Maïdan. En fait, Ukrnafta n’a jamais été sous le contrôle de l’Etat avec des actionnaires privés. Regardez ce qui s’est passé, c‘était un évènement promotionnel ! C‘était juste fait pour faire monter la popularité des partis politiques qui ont soutenu cette loi ! Les gens qui sont venus au siège de la compagnie sont une société de sécurité privée, ils sont venus pour renforcer la garde, par crainte d’un raid d’actionnaires privés”.

Igor Kolomoïski a été un allié précieux de Kiev car il a financé les bataillons de volontaires contre l’avancée des séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine. C’est à lui que Porochenko doit le fait d’avoir pu garder le contrôle de la région de Dnipropetrovsk.