DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crash A320 : Andreas Lubitz avait informé Lufthansa de sa grave dépression en 2009

C’est une nouvelle révélation concernant le copilote Andreas Lubtiz soupçonné d’avoir provoqué le crash de l’A320 de Germanwings le 24 mars. Le jeune

Vous lisez:

Crash A320 : Andreas Lubitz avait informé Lufthansa de sa grave dépression en 2009

Taille du texte Aa Aa

C’est une nouvelle révélation concernant le copilote Andreas Lubtiz soupçonné d’avoir provoqué le crash de l’A320 de Germanwings le 24 mars. Le jeune homme avait informé en 2009 l‘école de pilotage de Lufthansa qu’il avait connu une grave dépression. C’est ce qu’a annoncé ce mardi la compagnie aérienne allemande, maison-mère de Germanwings.

Après une interruption de sa formation pendant plusieurs mois, le jeune homme l’avait reprise en 2009 et avait transmis à ses instructeurs des documents indiquant qu’il avait traversé “un épisode dépressif sévère”.

Plus de corps dans la zone du crash

Sur le site du crash, enquêteurs et gendarmes ont collecté “plus de 4.000 pièces”, débris de l’avion et corps, selon la gendarmerie française qui a également annoncé que l‘évacuation des corps était terminée, qu’il n’y en avait plus dans la zone du crash.

La deuxième boîte noire, elle, n’a toujours pas été retrouvée.

Ce mercredi, les PDG de la Lufthansa et de Germanwings se rendront à proximité du lieu du drame pour se recueillir et rendre hommage aux équipes qui travaillent sur place

Les derniers instants

Tandis que les familles des 150 victimes font leur deuil, l’hebdomadaire Paris Match et le quotidien Bild affirment avoir visionné un enregistrement sur les derniers instants du crash. Il provient vraisemblablement d’un téléphone portable et montre que les passagers étaient conscients que l’appareil allait s‘écraser.
“On entend crier ‘Mon Dieu’ en plusieurs langues”.

“La scène est tellement chaotique qu’on ne distingue personne mais les cris des passagers révèlent qu’ils étaient parfaitement conscients de ce qui allait arriver. Vers la fin, après une secousse plus forte, les cris s’intensifient. Puis plus rien”, précise Paris Match.
.