DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Temps difficiles pour Lufthansa


Allemagne

Temps difficiles pour Lufthansa

La réputation de Lufthansa mise à mal par les nouvelles révélations sur le drame du crash de Germanwings, alors que la compagnie allemande traverse des turbulences financières.

Ce mardi, Lufthansa, la maison-mère de Germanwings, a révèlé que Andreas Lubitz, le copilote de l’A320 sinistré, avait informé l‘école de pilotage de Lufthansa en 2009 qu’il avait traversé un “épisode dépressif grave”. Cette révélation remet en question le processus de sélection des pilotes, alors que la compagnie, par la voix de son PDG, se vante de “former les meilleurs pilotes du monde”, un gage de sécurité.

Elle met aussi en mauvaise posture Carsten Spohr, qui avait dit le 26 ne pas avoir le droit de révéler les raisons de son interruption à l‘époque :

“Par la suite, il n’a pas seulement réussi tous les examens médicaux, mais aussi tous les entraînements et tests de vols. Il était à 100 pour cent apte, sans aucune restriction et sans aucune condition. “

Les arrêts maladie déchirés trouvés dans l’appartement de Lubitz faisaient porter toute la responsabilité du drame sur un seul homme. Christoph Kumpa, le procureur de Düsseldorf en tirait cette conclusion :

“Le fait qu’ont été retrouvés des certificats médicaux, entre autres, des documents récents, y compris du jour même du crime, soutient l’hypothèse fondée sur les premiers examens, selon laquelle le défunt avait caché sa maladie à son employeur et ses collègues de travail.”

Cette affaire vient plomber l’enviable réputation de fiabilité de Lufthansa, quelque part entachée par les grêves à répétition des pilotes depuis un an.

“Heureusement, nous avons des clients très fidèles. Même si nous constatons une baisse des réservations à chaque annonce de grève, ce n’est que pour une courte période. Pour autant, c’est une atteinte à notre réputation, et évidemment, c’est quelque chose que nous aimerions laisser derrière nous le plus vite possible” a précisé la porte-parole de la compagnie, Barbara Schäder.

Le conflit a coûté à la compagnie plus de 230 millions d’euros en 2014, alors que Lufthansa doit impérativement réduire ses coûts pour faire face à ses concurrents low-cost en Europe, et sur les longs courriers, face à des rivaux comme Emirates et Turkish airlines.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Admission de la Palestine à la Cour pénale internationale