DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le pont reliant N'Djamena au Cameroun, axe commercial menacé


Tchad

Le pont reliant N'Djamena au Cameroun, axe commercial menacé

C’est l’un des endroits les plus bruyants de N’Djamena, la capitale tchadienne. De l’autre côté du pont, c’est le Cameroun. Il est donc très important pour le commerce.

Dès l’ouverture à 7h, on assiste à un va-et-vient incessant, qui dure jusqu‘à la tombée de la nuit. Chaque jour, des milliers de véhicules traversent le pont, transportant toutes sortes de marchandises. Mais la menace terroriste entrave ce commerce.

“L’un des endroits où l’on ressent le mieux la menace que fait peser Boko Haram sur le Tchad est ce pont, le pont Ngueli, qui relie le Cameroun à la banlieue de la capitale tchadienne, Ndjamena. Les contrôles ont été renforcés pour éviter les attentats et l’entrée d’armes”, note notre envoyé spécial Luis Carballo.

La menace d’attentats est réelle, d’autant que l’armée tchadienne participe activement à la coalition régionale contre Boko Haram. Le nord du Nigéria où le groupe est très actif n’est qu‘à une cinquantaine de kilomètres.

“Ici, on a la sécurité totale parce qu’on a la police, on a la gerdarmerie, on a mis des garde-fous pour éviter que Boko Haram entre dans le pays. Donc, à partir de 7h, on ouvre la barrière pour que les élèves qui viennent de Kousseri puissent fréquenter nos écoles. Ici, on a mis la sécurité totale au Tchad”, affirme Mbainaissem Amon, des renseignements généraux.

Pour un pays enclavé comme le Tchad, l’accès à la mer dépend du Cameroun, mais la route commerciale est devenue dangereuse car sujette aux attaques. La menace terroriste pèse donc lourd sur l‘économie tchadienne, qui pourrait finir par risquer l’asphyxie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Accord de collaboration fiscale entre le Vatican et l'Italie