DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grande-Bretagne : statu quo après le grand débat télévisé


Royaume-Uni

Grande-Bretagne : statu quo après le grand débat télévisé

À cinq semaines des législatives en Grande-Bretagne, les dirigeants des principaux partis politiques étaient réunis hier soir pour un grand débat télévisé. Il fut question notamment de fiscalité et de dépenses publiques. Un sujet qui a donné lieu à un vif échange entre David Cameron et Ed Miliband :

“Si on revient à des hausses d’impôts, au gaspillage, aux dépenses, à la dette, c’est-à-dire tout ce qui a créé le désordre, on ne rendra pas service aux travailleurs, on leur mettra des bâtons dans les roues’‘, a lancé le Premier ministre conservateur.’‘

“Vous n‘êtes pas intervenus sur les paradis fiscaux, ni sur les hedge funds. Posez-vous la question, chez vous : pourquoi David Cameron ne fera rien ? Car ces fonds financent son parti’‘, lui a rétorqué le chef de l’opposition travailliste Ed Miliband.

Sans surprise, le thème de l’immigration a également été au cœur de ce débat. Nigel Farage, le leader du parti eurosceptique Ukip, a dénoncé les politiques successives des différents gouvernements britanniques dans ce domaine :

“Après la Seconde Guerre mondiale, nous avions un solde migratoire d’environ 30.000 par an. Aujourd’hui, c’est 300.000 par an. C’est dix fois plus par rapport à 1945’‘, a expliqué Nigel Farage.

“Le problème, Nigel, c’est que vous êtes la porte-arrière d’un gouvernement travailliste qui laisserait grand ouvert les vannes de l’immigration, ce qui n’est pas ce que souhaite ce pays’‘, a réagi David Cameron.

“David, je me demande dans quel monde vous vivez’‘, a répondu Ed Miliband.

Aucun des sept débatteurs n’a semblé sortir vainqueur de ce débat. Trois sondages effectués après l‘émission, ont donné des gagnants différents. Signe de l’incertitude qui règne en Grande-Bretagne à l’approche de ce scrutin législatif.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'ancien chef de la police en Chine, Zhou Yongkang, inculpé de corruption et d'abus de pouvoir.