DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Nucléaire iranien : un "compromis historique" trouvé à Lausanne


Suisse

Nucléaire iranien : un "compromis historique" trouvé à Lausanne

ALL VIEWS

Touchez pour voir

C’est une étape fondamentale en vue d’un accord final d’ici au 30 juin. Les grandes puissances du monde, Etst-Unis, Grande-Bretagne, Chine, France, Allemagne, Russie et l’Iran ont conclu jeudi à Lausanne un accord cadre pour résoudre le dossier du nucléaire iranien.
Un accord obtenu au terme de 8 jours de discussions, menées jour et nuit.

“Nous pouvons maintenant commencer à rédiger le texte de l’accord final et ses détails en nous servant des solutions que nous avons trouvées ces derniers jours,” s’est félicité Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie iranienne.

Parmi les points principaux de l’accord : le nombre de centrifugeuses de l’Iran sera réduit de deux tiers et Téhéran ne pas construira pas de nouvelles installations d’enrichissement d’uranium pendant 15 ans.

“Comme l’Iran va poursuivre un programme nucléaire pacifique, la capacité d’enrichissement de l’Iran, son niveau d’enrichissement et ses stock seront limités pour une durée déterminée et il n’y aura pas d’autres installation que Natanz”, a expliqué Federica Mogherini, la chef de la diplomatie de l’Union européenne.

L’accord conclu jeudi prévoit en effet que l‘énorme site de Natanz devienne l’unique installation d’enrichissement du pays.

Parmi les autres sites phares iranien, Arak. L’accord prévoit que le coeur de ce réacteur à eau lourde, qui aurait pu produire du plutonium, soit détruit ou placé en dehors du territoire iranien. Le réacteur,lui, sera reconstruit pour se limiter à la recherche et à la production médicale.

L’agence internationale de l‘énergie contrôlera régulièrement tous les sites nucléaires iraniens. Enfin, les sanctions américaines et européennes seront levées dès que le respect de ses engagements par l’Iran aura été certifié par l’AIEA.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Nucléaire iranien : "Notre travail n'est pas terminé" (Obama)