DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Good kill, Ethan Hawke pilote borderline de drone

Vous lisez:

Good kill, Ethan Hawke pilote borderline de drone

Taille du texte Aa Aa

Dans “Good Kill” d’Andrew Niccol, Ethan Hawke combat les talibans depuis une base militaire de Las Vegas le jour. Le soir, il rentre chez lui et

Dans “Good Kill” d’Andrew Niccol, Ethan Hawke combat les talibans depuis une base militaire de Las Vegas le jour. Le soir, il rentre chez lui et retrouve sa famille. Une situation loin des terrains de guerre qui le travaille. Il commence à remettre en question sa mission. “Ce qui m’a intéressé dit-il ce sont les questions extrêmes qu’abordent ce film, par exemple comment la technologie affecte la guerre. Aujourd’hui, pas besoin de voir son ennemi, ni de le toucher, ni d’aller sur place ou de rencontrer ceux qui le connaissent. Avant il fallait être sur le terrain, aujourd’hui vous pouvez rester à la maison, et cela est vrai dans d’autres aspects de nos vies. On a l’impression que l’on peut être partout et tout connaître, en même temps on se sent déconnecté de tout.”

C’est la troisième fois qu’Andrew Niccol retrouve Ethan Hawke après “Bienvenue à Gattaca” et “Lord of War”.
Ici, le personnage central se bat dans une guerre non conventionnelle, où les repères traditionnels n’existent plus. “Mon personnage traverse une crise morale ou quelque chose comme ça explique Ethan Hawke, c’est étrange parce que d’une certaine manière, cette crise n’est pas motivée par le bien ou le mal. L’honneur de combattre n’existe plus et ça lui manque. Aujourd’hui piloter un F16 est dépassé, c’est comme être un samouraï. C’est juste dépassé.”

Présenté aux derniers festivals de Venise et Toronto, “Good Kill” avec Ethan Hawke, January Jones et Zoe Kravitz sortira en France le 22 avril, le 6 mai en Belgique.