DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'étoile russe Natalia Osipova vit sa danse


le mag

L'étoile russe Natalia Osipova vit sa danse

En partenariat avec

Elle est la danseuse principale du Royal Ballet de Londres. La Russe Natalia Osipova impressionne. Car la ballerine ne fait pas que danser, elle vit ce qu’elle danse. Les critiques louent son intensité sur scène, son intelligence dramatique, sa capacité à être naturelle comme si elle improvisait chaque mouvement. La jeune femme dit ne pas savoir faire autrement.
italic“Je vis les rôles que j’interprète sur scène, je ne peux pas simplement les jouer. Je suis toujours en train de dire à ma mère que je suis probablement une piètre actrice. Alors quand ça ne fait pas tilt, quand je sens que je ne vais pas entrer dans le personnage et vivre le rôle sur scène, alors ma danse ne me semble pas naturelle, et ce n’est pas comme ça que je la conçoit.”italic

En 2014, sa performance dans “Giselle” était déjà acclamée par la critique, elle est alors distinguée par le jury des National Dance Awards pour ses prestations. En 2012, artiste invitée du Royal Ballet de Londres, elle impressionne avec son interprétation de la reine des cygnes Odette aux côtés de Carlos Acosta. Un an plus tard, l’Opéra royal l’engage en tant que danseuse étoile.

Malgré son expérience, Natalia Osipova est toujours aussi anxieuse avant chaque spectacle : italic“J’ai toujours peur avant de monter sur scène, c’est insupportable. En général, les gens pensent qu’on n’est pas inquiet mais je ne sais pas si c’est l‘âge, mais plus je vieillis plus j’ai peur ! Parfois, j’ai juste envie de sauter dans un taxi ou de m’enfuir en courant. Evidemment je ne le fais pas, mais ce sentiment m’agace vraiment.”italic

A 28 ans, elle a déjà dansé avec les plus prestigieuses compagnies,du Bolchoï à l’American Ballet Theatre. italic“Au cours des 10 dernières années, j’ai dansé de nombreux rôles. Aujourd’hui, je veux me concentrer sur des rôles pour lesquels je suis douée, des rôles psychologiques et dramatiques, de la danse contemporaine pour laquelle il semblerait que j’ai des facilités. Il y a tant de chorégraphes intéressants, tant de choses qui se passent, je veux tout essayer, je veux un peu m‘éloigner du classique.”italic

Son prochain rôle: “La fille mal gardée”, le plus ancien ballet du répertoire français mais aussi le premier ballet moderne créée à Bordeaux quelques jours avant la Révolution française.

http://www.roh.org.uk/people/natalia-osipova

http://www.nytimes.com/2015/03/19/arts/dance/natalia-osipova-in-the-royal-ballets-swan-lake.html?_r=0

Prochain article

le mag

Napoléon et Paris : rêves d’une capitale au musée Carnavalet