DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Yémen : les civils pris au piège d'un conflit qui s'enlise


Yémen

Yémen : les civils pris au piège d'un conflit qui s'enlise

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Au Yémen, l’opération militaire dirigée par l’Arabie saoudite contre les milices houthis, entre dans sa troisième semaine. Les frappes de la coalition ont visé la nuit dernière plusieurs positions des rebelles à Sanaa, la capitale, et à Aden, la grande ville portuaire du sud. Un important nuage de fumée s‘échappait du complexe présidentiel, contrôlé par les miliciens chiites et leurs alliés. Les habitants n’osent plus s’aventurer dans les rues de peur d‘être pris dans les combats entres les rebelles et les partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Les civils payent un lourd tribut à cette lutte de pouvoir. Les organisations humanitaires font état d’un manque d’eau, de nourriture ou de médicaments. De nombreuses entreprises ont dû licencier leurs employés, faute de pouvoir les rémunérer. “Les gens n’arrivent plus à payer, dit cet habitant d’Aden. Les conditions de vie sont terribles. Il n’y a ni sécurité, ni stabilité, il n’y a rien.’‘
Un homme ajoute : ‘‘Il faut faire la queue pour avoir du pain, de l’essence. On manque d‘électricité, d’eau. Les gens n’ont rien. Il faut que le gouvernement trouve vite une solution.’‘

Avec un président réfugié en Arabie saoudite, le Yémen est pour l’heure dans une impasse totale. L’Iran, accusé par Riyad de fournir des armes aux milices houthis, s’est prononcé ce lundi pour la formation d’un nouveau gouvernement.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Hillary Clinton dans la course