DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nigeria : les lycéennes de Chibok restent introuvables un an après leur rapt par Boko Haram

Le Nigeria commémore ce mardi dans la tristesse le premier anniversaire de l’enlèvement des lycéennes de Chibok par le groupe Boko Haram. Des

Vous lisez:

Nigeria : les lycéennes de Chibok restent introuvables un an après leur rapt par Boko Haram

Taille du texte Aa Aa

Le Nigeria commémore ce mardi dans la tristesse le premier anniversaire de l’enlèvement des lycéennes de Chibok par le groupe Boko Haram. Des rassemblements ont lieu à Abuja, la capitale, à l’initiative du mouvement #Bringbackourgirls (Ramenez nous nos filles). Cette militante exprime, en se bâillonnant la bouche, le calvaire des otages : ‘‘Quand on ne peut pas parler, on n’existe pas. Mais nos filles existent.’‘

Point of view

Quand on ne peut pas parler, on n'existe pas. Mais nos filles existent.

Que sont devenues les 219 adolescentes du lycée de Chibok ? Nul ne le sait. Peu de temps après leur enlèvement, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, avait déclaré qu’elles seraient traitées en esclaves, vendues et mariées de force. Elles pourraient se trouver dans l’extrême nord du Nigeria, mais aussi au Cameroun et au Tchad voisin.

Le Tchad, où s’est rendu notre journaliste Luis Carballo. Il a suivi les soldats engagés dans l’opération militaire contre Boko Haram, conduite par une coalition de pays africains. L’offensive, lancée en début d’année, a permis de faire reculer les islamistes. Plusieurs localités du nord du Nigeria ont été reprises, dont celle de Malam Fatori, près de la frontière avec le Niger. Avant de prendre la fuite les combattants islamistes ont enlevé des dizaines de filles. Ils ont aussi exécuté des jeunes garçons. Aujourd’hui, Malam Fatori est une ville fantôme.

Ne manquez pas notre reportage sur la ligne de front, ce soir à 20h35 sur euronews.

Notre envoyé spécial Luis Carballo a suivi l'armée tchadienne engagée dans une lutte contre Boko Haram. Ce groupe islamiste sévit dans le nord du Nigeria et menace les pays frontaliers.Ne manquez pas ce reportage exclusif sur euronews, mardi 14 avril à 20h35 CET et sur euronews.com le même jour à partir de 21h00 CET.

Posted by euronews on lundi 13 avril 2015