DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle américaine : les prétendants

Elle s’y préparait depuis des mois. La candidature de Hillary Clinton n’est pas une surprise, car pour l’ancienne première dame et ex secrétaire

Vous lisez:

Présidentielle américaine : les prétendants

Taille du texte Aa Aa

Elle s’y préparait depuis des mois. La candidature de Hillary Clinton n’est pas une surprise, car pour l’ancienne première dame et ex secrétaire d’Etat, quoi de mieux pour parfaire ses 20 ans de carrière politique que de briguer la fonction suprême de l’Amérique?

Je suppose que vous ne voudriez pas voir une femme présider les Etats-unis d’Amérique?“, s’amusait-elle récemment.

Dans cette deuxième tentative de devenir présidente, Hillary Clinton part à nouveau comme la favorite pour le parti Démocrate, or cette fois, elle s’est entourée d’anciens conseillés de Barack Obama pour éviter les erreurs qui l’ont menée à l‘échec en 2008.

Son passé de première dame, sénatrice et secrétaire d’Etat lui donnent une reconnaissance que les éventuels autres candidats n’ont pas, mais c’est aussi du grain à moudre pour les républicains.

Ainsi le sénateur républicain de Floride Marco Rubio, qui l’a qualifiée de “leader du passé.” Fils d’immigrants cubains d’avant la révolution, né en Floride, bilingue, Rubio est contre la politique étrangère et sociale de Barack Obama. Après avoir soutenu la régularisation de 11 millions d’immigrants, il a fait marche arrière. Un revirement que les électeurs hispanos pourraient lui faire payer.

Le sénateur du Kentucky, le libertarien Rand Paul est lui aussi revenu à des positions plus en accord avec la tradition du parti, comme son soutien récent à la hausse du budget du Pentagone. Mais sa proposition d‘équilibrer le budget fédéral en seulement 5 ans est considérée comme brutale même pour les standards du parti républicain.

Toujours dans les rangs républicains, mais en tant que favori du courant ultra-conservateur Tea Party, c’est Ted Cruz, sénateur du Texas. Sa popularité auprès des bases conservatrices pourrait lui donner de l‘élan lors des primaires, mais sa relation tendue avec l’appareil complique son chemin vers la nomination.

Enfin, Jeb Bush, l’ex-gouverneur de Floride, est celui qui domine de peu les sondages des primaires républicaines. Il ne s’est pas officiellement déclaré, mais ce n’est qu’une question de temps si l’on en croit son activisme.