DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : après Standard and Poor's, les taux d'emprunt augmentent


économie

Grèce : après Standard and Poor's, les taux d'emprunt augmentent

C’est l’indécision des discussions entre Athènes et ses créanciers internationaux – laissant se détériorer l‘économie grecque – qui a motivé l’abaissement de la note de crédit de la Grèce par Standard and Poor’s.
Selon l’agence, le PIB grec s’est déjà contracté de 1% sur les six derniers mois.

“Si ça me préoccupes ? Bien sûr, ça m’inquiète, et pas seulement moi en tant qu‘économiste, explique Napoleon Maravegias, mais tous les grecs sont inquièts je pense. Chaque contretemps pour la signature d’un accord avec nos créanciers rend les choses plus difficiles. Et le marché s’assèche”.

Bien sûr, cette nouvelle dégradation de la note de crédit du pays, a été suivie d’une hausse des taux d’intérêt de la dette grecque.

“Les marchés pensent que nous sommes au bord de la faillite, explique Takis Zamanis un trader. Ces dernières semaines, c’est l’opinion qui prévaut et on peut voir ça à la hausse des taux d’intérêt et l’environnement des transactions”.

Et comme le rappelle la correspondante permanente d’Euronews à Athènes, Symela Touchtidou, les investisseurs commencent à se lasser.

“Cela fait tout juste un an que la Grèce tentait son premier retour sur les marchés obligataires. Les investisseurs avaient accueilli ce “come back” avec une certaine confiance qui s‘était traduite par des taux d’intérêt relativement bas. Après la dégradation de la note de crédit, cette époque semble désormais très éloignée dans le temps”.

Alors que la commission européenne durcit le ton vis-à-vis de la Grèce estimant insatisfaisant le niveau de progrès accompli par les autorités du pays : l’avis des citoyens grecs sur cette dégradation de Standard and Poor’s dénote souvent un fatalisme certain.

“Dans tous les cas, affirme l’employé d’un magasin de fleurs à Athènes, nous sommes déjà exclus des marchés n’est-ce pas ? C’est un fait. Alors si vous nous dégradez ou pas c’est la même chose. Donc je m’en fiche. Ils essaient de terrifier les gens Nous avons déjà fait faillite chaque mois ces derniers temps, alors….”

L’agence Standard and Poor’s estime que sans versement de la tranche d’aide par ses créanciers, la Grèce pourra tenir financièrement jusqu’au 12 mai prochain.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Pétrole : l'Opep souligne la hausse actuelle de l'offre de brut